Abattoirs de Martinique : conférence de presse du Président de la CTM

Politique. Pour Alfred Marie-Jeanne, président de la Collectivité Territoriale de Martinique, le blocage depuis 11 jours de l’abattoir est un coup politique.

Lors de la conférence de presse de ce midi, vendredi 4 octobre 2019, entouré du Président de la Régie Lucien Rangon, de Mme Bouras, Conseillère à l’Assemblée de Martinique et des cadres de l’administration territoriale, AMJ a rappelé plusieurs éléments cachés au public :

Le premier est le fait que les tarifs actuels d’abattage datent de 1984. Bien lire 1984. C’est à dire que ce sont exactement les mêmes tarifs qui sont appliqués depuis 35 ans. Ça ne doit donc pas être ça qui fait que la viande locale coûte aussi cher que la viande importée.

Le deuxième c’est que la décision d’augmenter progressivement les tarifs de l’abattage a été prise à l’unanimité de l’Assemble Territoriale l’année dernière. A l’unanimité. Donc, ceux-là même qui crient « au loup » sé yo-menm ki lou-a

La troisième c’est la marge scandaleuse que prélève la grande distribution locale notamment, sur la viande locale qui est vendue au même prix que l’importée.

Le quatrième c’est que le coût des travaux pour la rénovation et la sécurisation du site depuis 2016 (date de la création de la CTM) est de près d’1,5 millions d’euros et que les travaux en cours et à venir d’élèvent à 611 000 €. Ces dépenses sont à la charge exclusive de la CTM donc ne sont pas répercutées sur le prix de l’abattage.

Ci-après, le texte de l’intervention d’Alfred Marie-Jeanne

https://mail.google.com/mail/u/1?ui=2&ik=3c8727f2df&attid=0.1&permmsgid=msg-f:1646499761133918163&th=16d98acf292717d3&view=att&disp=inline&realattid=f_k1cn0qwg0

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer