Affaire BURGER : anguille sous roche

 

docteur-burger

Le soir de la reconstitution de cette incroyable affaire, l’avocat pénaliste Alex Ursulet avait déclaré à la presse : « je pense qu’il y a anguille sous roche ».

Il ne pensait pas si bien dire.

Deux ans et demi après le décès du Docteur Dominique #Burger, après avoir été violemment interpellé par la gendarmerie, l’instruction n’avance plus.

Le spectre de la bavure hante le dossier.

Que s’est-il passé le soir du 20 mars 2015 à Schoelcher en #Martinique ?

Lorsque l’équipe de renfort de la gendarmerie arrive sur les lieux à 2h45, le Docteur Burger est déjà menotté au sol, face contre terre.

Trois gendarmes et un civil, Monsieur Servius, le maintiennent au sol, utilisant leurs genoux pour le bloquer. Les gendarmes affirment avoir dû utiliser un taser pour le maîtriser.

Les pompiers, arrivés dans l’intervalle, s’inquiètent de l’absence de réaction de l’individu depuis une dizaine de minutes. Ils vérifient son pouls : le Docteur Burger est en arrêt respiratoire.

Après prise en charge par le SAMU, il sera transféré à l’hôpital mais décèdera le 21 mai 2015, après plusieurs semaines de coma.

Le Docteur Burger, 46 ans, est mort.

Ce soir-là, il promenait ses chiens, comme il le faisait tous les soirs, et sa famille ne comprend pas l’enchaînement des évènements ayant abouti à ce qu’il soit violemment interpellé et tué.

Elle dépose plainte, elle veut connaître la vérité.

L’autopsie puis l’expertise médicale complémentaire ordonnée par le juge d’instruction confirmeront l’existence d’une asphyxie à l’origine de son arrêt cardiaque.

Par ailleurs, une expertise balistique est effectuée et permet d’établir 6 utilisations du taser par les gendarmes.

Les pompiers intervenus sur les lieux sont auditionnés et affirment avoir vu des traces de coups sur le corps de Monsieur Burger, ainsi qu’une déformation de sa poitrine. Il sera effectivement constaté de nombreuses fractures.

M. Servius, le civil qui a curieusement participé à l’interpellation violente du Docteur Burger est interrogé. Il va prétendre avoir été agressé par le médecin, raison pour laquelle il aurait appelé les gendarmes.

Ces derniers prétendent également avoir dû employé la force en raison de la résistance physique du Docteur Burger.

Mais à l’évidence, cette version ne colle pas, les proches du Docteur Burger auditionnés le décrivent tous comme une personne non violente, un médecin aimé de tous.

Le cercle se referme autour des gendarmes.

Utilisation du taser, violences, plaquage au sol, étouffement : les preuves apparaissent accablantes.

Les 4 gendarmes et Monsieur Servius seront finalement mis en examen pour violences ayant entrainé la mort sans intention de la donner, mais sont laissés libres.

Certaines interrogations demeurent : Pourquoi un civil participe à l’interpellation d’un individu déjà pris en charge par 4 gendarmes ?

Que s’est-il réellement passé avant l’arrivée des pompiers, qui découvrent un homme menotté au sol, face contre terre ?

Les déclarations des mis en examen ne semblent pas pouvoir sérieusement expliquer le décès du Docteur Burger. Ils n’expliquent pas l’arrêt respiratoire du médecin, prétendent avoir agi conformément au règlement.

Il semble donc que quelque chose cloche, mais les parents vigilants décident de changer d’avocat et font appel à Me Alex Ursulet.

Une reconstitution est organisée le 26 mai 2016. Celle-ci se déroule dans des conditions étranges puisque l’unique témoin des faits, la compagne de Monsieur Servius, est absente.

En présence des seuls mis en examen, elle ne permet pas d’apporter d’éclaircissements.

La famille du Docteur, qui attendait beaucoup de cette reconstitution, est envahi par le chagrin et la colère.

Rongé par la tristesse, le père de Docteur Burger va décéder brutalement peu de temps après cette reconstitution, à l’âge de 63 ans.

La famille est de nouveau en deuil.

Puis un nouveau juge d’instruction est désigné pour la suite des investigations, mais le dossier n’avance plus, et comme souvent dans les dossiers de violences policières, les juges hésitent à mettre en cause des gendarmes.

Ce n’est pas pour rien que la famille BURGER a choisi pour défendre leurs intérêts le ténor Maître Alex Ursulet, après avoir débarqué Maître Rioual, jugeant ce dossier un peu forçant pour elle.

A ce jour, la famille du Docteur Burger attend toujours que justice soit faite.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer