Alfred Marie-Jeanne : the last Independance Day

Screenshot_2017-02-14-09-58-18-1

Ce 14 février 2017, Alfred Marie-Jeanne président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de #Martinique a prononcé en tant que député son dernier discours pontuant ainsi 20 ans de verticalité à l’Assemblée nationale francaise. 9 minutes 19 secondes gravées dans le marbre de l’histoire. Merci Chaben.

Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,
Collègues de l’Assemblée,
Mon premier discours à l’Assemblée Nationale date du 23 octobre 1997 et
portait déjà sur l’agriculture.
Celui d’aujourd’hui, celui aussi de mes adieux, concerne le même thème et plus
précisément la lutte contre l’accaparement des terres agricoles et le
développement du biocontrôle.
Entre ces deux interventions, 20 ans se sont écoulés. Et je n’ai eu de cesse
d’interpeller tous les gouvernements successifs sur les nombreux problèmes à
surmonter :
Problème de la Surface Agricole Utile,
Problèmes phytosanitaires notamment le chlordécone,
Problème des SAFER pour ne citer que ces exemples-là.
Malgré toutes les décisions prises, malgré tous les outils mis en place : SAR,
SMVM , SCOT, POS, PLU, etc… la situation n’a cessé pour autant de se
dégrader.
Prenons le cas de la Surface Agricole Utile.
Lors de ma question au gouvernement du 6 février 2008, portant sur le
droit de préemption des SAFER,
Je vous informais :
que la Surface Agricole Utile était désormais de 28000 hectares, soit une
réduction de 1000 ha par an depuis la publication du SAR de Martinique en
1998. Ce qui a entrainé la diminution du nombre d’exploitants agricoles, et une
spéculation foncière inacceptable.
Lors de mon discours sur le projet de loi relatif à la modernisation de
l’agriculture et de la pêche en 2010,
Je vous rappelais encore que, et je cite :
« la Surface Agricole Utile se rétrécit d’année en année, nous éloignant de plus
en plus du seuil requis pour une autosuffisance optimum. De 80 000 ha en 1960
nous sommes à 25 000 aujourd’hui. »
En 2013 cette Surface Agricole Utile était de 22696 ha. Et la situation ne cesse
de s’empirer.
A ce rythme -là, celui qui interviendra dans 20 ans, vous dira- t-il qu’il n’y a
plus de Surface Agricole Utile en Martinique ?
Et comme annoncé au début, je profite de cette intervention pour vous faire
mes adieux. Cette dernière n’est pas une question et n’appelle en retour
aucune réponse.
Adieux,
A vous Monsieur le Président,
Aux collègues de l’Assemblée,
Aux Collaborateurs toutes catégories confondues,
Aux membres du Gouvernement,
A ceux qui m’ont permis de m’exprimer en toute liberté.
Je pense au Groupe Radical Citoyen et Vert,
Je pense au groupe Gauche Démocrate et Républicaine et à son Président André
CHASSAIGNE.
Maintenant, Monsieur le Président Claude BARTOLONE, avec tout le respect
que mérite votre fonction, je vous demande qu’à l’heure de mon trépas, il n’y ait
ni annonce, ni minute de silence.
Avant de me retirer sachez :
Que j’ai mal à cette Europe qui est en train de s’auto-disloquer,
Que j’ai mal aussi à cette France qui se renazifie.
C’est l’occasion pour moi de remercier tous ceux qui ont permis, au rapporteur
de la Commission des Lois que j’étais alors, sur l’initiative du groupe GDR, de
tenter d’enlever le mot race de la législation française.
Ce document le voici.

Sur ce, permettez que je me retire.
Merci au Peuple Martiniquais qui a fait de moi ce que je suis devenu.
Je ne vous ai pas trahis.
Mèsi an pil mèsi an chay

Alfred MARIE-JEANNE
Paris le mardi 14 février 2017

Version VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=OuJWH8q1914

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer