ATV :quand Xavier Magin agite le doigt … d’honneur, le makak montre ses fesses

Depuis un an, Bondamanjak.com annonce que le projet de reprise de la chaîne locale ATV par le groupe VIA-Médias du Sud n’est qu’une fumisterie, une arnaque, une sodomisation à sec de plus dans le Paysage Audiovisuel Martiniquais (PAM) .

Hier, devant le Tribunal de commerce de Fort-de-France en #Martinique, les dirigeants de la chaîne, ceux qui ont pris 700 000 € dans l’anus béant des martiniquais-es ont demandé purement et simplement la mise en liquidation judiciaire de l’antenne de #Guadeloupe et de #Guyane.

Oh my god, oh mon Dieu, oh Madiana, oh Alexandra, oh my Djee Zeus.

Ce n’est pourtant pas ce qu’annonçaient des singes savants à grand coup de sourire Colgate, pas plus tard que la semaine dernière. Mais que s’est-il donc passé en 1 semaine pour réclamer la transformation du redressement judiciaire en liquidation des sociétés de Guadeloupe et de Guyane ?

ATV, une tradition de liquidations judiciaires en modèle de gestion

Depuis sa création, la chaîne et les actionnaires ont englouti des millions de subventions et en même temps, accumulait une dette sociale colossale. Pourtant la régie publicitaire fait du cash, comme on dit. 

Depuis 25 ans, ATV survit à coup de liquidations judiciaires fortes bienvenues pour épurer les dettes, laissant sur la paille, prestataires, brisant des vies des salariés qui ont cru aux projets qu’on leur avait vendu.

Tout ceci n’a pas le fruit du hasard ni des aléas de la vie d’une entreprise : c’est le résultat d’une gestion par des dirigeants peu scrupuleux, chargés d’organiser l’insolvabilité de la chaîne, laissant sur la paille les créanciers et permettant au  passage à certains de faire des économies de TVA. « Arnaque à la TVA »? A  creuser! 

Darwin est Martiniquais et il aime la sauce chien

Ce à quoi nous assistons est une nouvelle forme de la théorie de l’évolution darwinienne à la sauce martiniquaise. Les guignols de l’info ont muté en piètre makak de l’info. Pauvre Cornelius, il a passé tellement de temps avec les blancs qu’il en a oublié ses origines.

A Senghor qui critiquait le choix de baptiser les habitants du Burkina Faso en Burkinabé, au lieu de Burkinais et Burkinaise, le président Thomas Sankara répondit : « … nous ne cherchons pas à parler la langue de Molière, mieux que Molière lui-même… »

Après avoir endormi l’opinion grâce à ses complices chimpanzés sur le projet de reprise, les nouveaux dirigeants mettent enfin à exécution leur plan que nous dénonçons depuis le début : il n’y a jamais eu de projet pour la Guadeloupe et la Guyane, mais une politique de réduction drastique des coûts qui passe par le démantèlement de la chaîne en délocalisant, entre autre, la diffusion vers le siège social à Montpellier.  De quoi inquiéter les salariés concernés par ce service.

Certains cadres en interne, ont déjà la tête ailleurs et cherchent des points de chute.

Tout jé sé jé mé fouté bwa an bonda a makak… ni sa ki enmé ou enmen sa.

Et pendant ce temps là en #France le pays des droits de l’homme qui a déclaré l’#esclavage crime contre l’humanité, #Colbert le père du #Codenoir a encore 1 statue devant l’ #AssembléeNationale et ça ne dérange personne. Surtout pas le caucasien Magin qui me promet la mort. An kounia manman’y.

gilles dégras

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer