Boeing savait que son avion avait un problème…

Selon le Seattle Times, Boeing savait que son avion 737 max 8 avait un problème d’ordinateur dès le crash de Lion Air l’an dernier. Il savait aussi que son système MCAS n’avait pas été réellement certifié par l’autorité de contrôle américaine. 
Et il a fallu le second accident d’Ethiopian Airlines, 157 morts de plus, pour que l’autorité de contrôle, la FAA, enfin prenne une décision…
C’est le début d’un gros scandale aux USA, car selon cet article – basé sur des sources anonymes à l’intérieur de l’administration – la FAA a tout simplement demandé à Boeing de certifier LUI MEME son système de contrôle de vol MCAS !
En 2015, Boeing se dépêchait pour mettre son avion sur le marché, car Airbus dévorait ses parts de marché. Dans la précipitation, la FAA demande à Boeing de se contrôler sur son système. Mais voilà :
– la puissance de contrôle du logiciel a été sous estimé. Il a la capacité de prendre le contrôle de l’avion. Boeing prétendait le contraire : le pilote restait maître.
– il est impossible de le désarmer, ce qui entraine une intervention à répétition. Boeing prétendait le contraire.
– le système a été volontairement caché aux pilotes, pour préserver la certification « 737 ».
– les pilotes de 737 « normal » devaient simplement prendre 1 heure de cours sur un iPad pour être qualifié 737 Max 8 !

Si cela se confirme c’est une faute grave qui va couter cher en crédibilité de cette administration fédérale. Jusqu’ici elle avait une excellente réputation mondiale, après cette erreur ce sera encore un symbole de l’Amérique technologique qui perdra sa prestance.

En face, la Chine vient de finir ses tests en vol de son avion de transport…


A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer