Bonne Année 2015, tout n’est pas perdu…

Tout fout le camp. Des vœux de bonne année échangés le 31 décembre, le genre de truc à te foutre un « djiyon« * d’enfer pendant toute l’année suivante. Eh ben, c’est comme ça qu’on fait maintenant. La Martinique avance.

Huîtres, foie gras, champagne, chapon, marrons, dindes, champignons, escargots,… sur les tables. Il y avait même des airelles fraîches dans les rayons des supermarchés … La Martinique continue d’avancer.

Tandis que sa culture se délite, se dissous, se dilue, que la population, le pep** s’aliénie chaque jour de plus en plus, des élites politiques fourbissent leurs ambitions pour l’Assemblée Inique, aveugles et sourds au désastre, à la terrible réalité d’un pays qu’ils ont contribué à fracasser.

Avant d’être politique le combat de l’identité est culturel.

Césaire mort, Fanon mort, Qui s’en souvient encore ?

*djiyon : guigne, mafre, malchance

** pep :  peuple

Les optimistes diront que tout n’est pas perdu car à côté du champagne, du foie gras et des huîtres, il y a une bouteille de rhum blanc.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer