#Carifta2014 en #Martinique : Jean-Jacques Seymour…tu vas avoir des problèmes

Au cœur d’une gouvernance empreinte d’ingénierie, voilà un journaliste qui a pris des risques invraisemblables.

Jean-Jacques Seymour, qui alimente « Ce que je crois » une chronique sur la chaîne TV parisienne #OM5, a, contrairement à la presse locale en mode « Stevie Wonder », allumé l’organisation made in #Martinique.

JJS dans un verbe clair déverse des vérités qui démontent tous les mensonges que les martiniquais ingurgitent depuis quatre ans pour oublier l’inoubliable réalité. NOU AN LARI A.

La Caraïbe c’est notre nouveau rêve mais nos voisins Caribéens vont vite nous ouvrir nos yeux collés par le silasiaanzyéay. Preuve de cette cécité volontaire, sur sa page #Facebook, la vice présidente du Conseil Régional de l’île qui se prend pour un PAYS, Catherine « Cathou » #Conconne persiste et signe cette mort du cygne :  » Aux malpalan chroniques, aux ayen pa janmin bon an pey a, aux critiqueurs san manman, aux absents qui pourtant savent tout, à tous ceux qui disent sans cesse « pey a sé ta nou » mais préfèrent regarder Chelsea ou le Barça a la télé,…..moi je dis bravo aux organisateurs des CARIFTA GAMES, à tous les supporters qui ont fait le déplacement, qui sont venus applaudir nos athlètes, nos frères de la Caraïbe. Une ambiance fraternelle, qui faisait peuple a clôturé ces jeux sur un stade plus beau que jamais. Woulo aux bénévoles qui ont donné leur temps, leur énergie, leur argent,….pour organiser l’accueil d’un millier de personnes. Chapeau bas ! Respect ! »

Pathétique.

Le cas Cathou me rappelle le djol Pa du groupe Kwak…Cathou…Cathou bich ka bich. Ça sert au moins à ça.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer