Clash au Comité Martiniquais du Tourisme entre Jean-Philippe Nilor et Yan Monplaisir

Une seule chose est sûre, les élus Yan #Monplaisir et Jean-Philippe #Nilor ne partiront pas en vacances ensemble. Ni en #Martinique, ni ailleurs. Ce jour, les Niloristes qui savent que Alfred Marie-Jeanne ne les capte plus avaient mis en place un schéma tactique ambitieux.

Un article alimenté par Louise « Psy » Telle ex repasseuse de chemises du leader indépendantiste était publié sur Martinique la 1ere. Histoire de semer la panique au Comité Martiniquais du Tourisme où la linguiste Maryline « Toefl » Lesdéma rêve de déchouquer Karine Mousseau.
Bien évidemment…l’objectif est atteint et c’est en plein C A dans les locaux de la Tour Lumina que Nilor s’apprête à lancer quelques culottes au visage de Yan Monplaisir. Et là le linge sale ne se lave pas qu’en famille. Le député du sud perd le nord et la bave aux lèvres jure que désormais il refusera de dire bonjour à celui qui lui a « volé » la première vice-présidence de l’Assemblée de la Collectivité Territoriale de Martinique. Il fait le major, il regarde dans les yeux…on dirait un ascenseur en rut. Mais Yan ne s’est pas laissé faire par le petit yéyé de Sainte-Luce qui n’a plus qu’un seul projet politique : renverser Alfred Marie-Jeanne. Ce dernier gagnerait à faire un réel ménage dans son parti, dans son cabinet vérolé par les francs-maçons notamment le barbu et à la CTM car c’est un peu le bordel. Au fait, on parle de l’arrivée d’un homme providentiel en provenance de Guyane. Ce serait bien qu’il fasse diligence car comme dirait Bernard Hayot,
on est en plein far-west . A suivre.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer