COMMUNIQUE du #LKP à propos du procès de DE JAHAM ce lundi 17 à Fort-de-France en #Martinique

Les récentes mésaventures d’ADMIRAL T et de #KALASH nous montrent une fois de plus que certains en sont restés au code noir de 1685. C’est ce qui est jugé ce lundi 17 novembre 2014 à Fort-de-France en #Martinique. Roger de JAHAM est poursuivi à la demande du #MIR (Mouvement International pour les réparations) pour apologie de crime contre l’humanité et incitation à la haine raciale. . Le 15 août 2011, le sieur de JAHAM déclarait sur la radio France inter : « Un engagé, un 36 mois, était moins que rien, moins qu’un esclave. Les esclaves sont arrivés longtemps après et eux avaient une valeur marchande que n’avaient pas les blancs engagés pour 36 mois » Ces gens se sentent autorisés à tenir de tels propos car ils sont soutenus par l’état colonial français. La cour de cassation n’a-t-elle pas refusé de condamner le sieur #DESPOINTES au motif que la loi qui reconnait l’esclavage comme crime contre l’humanité serait « uniquement mémorielle » ? Ils sont également soutenus par des racistes et autres révisionnistes comme ceux du site ‘le scrutateur’ qui sont nostalgiques de cette période où ils pouvaient acheter, vendre, violer et pendre un nègre. Qu’ils sachent que cette époque est révolue. La colonisation, la traite négrière et l’esclavage sont des crimes ; des crimes impunis. L’Etat français, les coupables et leurs héritiers devront tôt ou tard assumer leurs responsabilités. Et ce n’est pas le leurre du musée « mémoriel » de l’esclavage (Mémorial Acte) de François HOLLANDE ki ké kouyonné nou !

GWADLOUP MATINIK MENM KONBA! LIYANNAJ KONT PWOFITASYON

E.DOMOTA
Lapwent, 17 Novanm 2014

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer