Conseil régional de La Réunion. Organisateurs du Festival Liberté Métisse Non à l’appellation « Liberté métisse »

IMG_0541.JPG

Rann anou nout Fèt Kaf !

Pétition populaire contre l’intitulé « Festival de la Liberté Métisse ».

https://www.change.org/p/conseil-régional-de-la-réunion-organisateurs-du-festival-liberté-métisse-non-à-l-appellation-liberté-métisse?recruiter=184464636&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=share_facebook_responsive&utm_term=des-lg-no_src-no_msg
A La #Réunion, la commémoration de l’abolition de l’esclavage (le 20 décembre 1848) s’est toujours appelée « Fèt Kaf » ou encore, tout simplement « Vin Désanm ».

Mais la première dénomination prend tout son sens car il va sans dire que l’écrasante majorité des esclaves étaient « noirs » (africains ou indiens d’ailleurs). En effet, en 1848, le nombre d’esclaves était de 60 800, après avoir culminé à 69 983 en 1834. (Pour rappel : 115 000 esclaves auraient été introduits aux Mascareignes entre 1769 et 1810).

Bien des spécialistes de la question, historiens et autres, ont depuis longtemps traité le sujet, il suffit simplement de s’y reporter (Sudel Fuma, Prosper Eve, etc.)

Aujourd’hui, il s’avère que cette fête, récupérée par les politiques, notamment la Région, est en train de dériver délibérément depuis quelques années vers une fête généraliste, un festival sans âme, sans référence historique (il n’y a qu’à voir les stands et les conférences extrêmement superficiels et loin de la thématique de l’esclavage qui sont mis en place sur le site !), dont on détourne volontairement les bases fondamentales par des appellations toujours plus éloignées du mot « Kaf », de la composante « noire », pourtant si évidente et essentielle de l’esclavage.

Historique de l’évolution du nom de la fête.

Depuis de très longues décennies, suite aux revendications populaires portées par la gauche en place, la commémoration de l’esclavage a pris cette appellation, relayant ainsi l’usage terminologique vivace au sein du peuple.

Ainsi, la Fèt Kaf a pris de plus en plus d’ampleur à mesure que les années passaient. Seulement voilà, il y a 5 ans, tout a basculé.

– Jusqu’en 2010 : « Fèt Kaf » ou « fête de la liberté », et bien sûr « Vin Désanm »

– Depuis 2010 : « Festival de la liberté Métisse »

Pourquoi « métisse » ?

« Fête de la liberté métisse » : cette volonté affichée d’ajouter l’adjectif « métisse » pour qualifier le mot « liberté » est tout simplement absurde, car au jour du 20 décembre 1848, il n’y avait certainement pas autant de métis que de noirs. Est-ce qu’il faut vraiment le rappeler ? On nage en plein délire.

Quoi qu’il en soit, tout est affaire de symbole en définitive. La stratégie du Conseil Régional (piloté par Didier Robert depuis 5 ans) est clairement visible : blanchir les racines de cette date-clé de notre histoire (période coloniale récente, moitié du 19e siècle), effacer les traces de l’esclavage et de son abolition (de loin le jour le plus symbolique pour la mémoire et l’identité du peuple), diluer la couleur noire dans un métissage consensuel, lisse, universel et impersonnel, et surtout politiquement correct : tel semble être la volonté de nos élus depuis quelques années. En clair, tourner le dos à notre histoire.

Choix de l’imagerie (illustration) 

Quant aux dessins ou montages graphiques choisis depuis 5 ans, ils s’orientent toujours plus vers une apparence carnavalesque internationalisée, comme pour effacer la part trop « réunionnaise », trop locale, trop noire aussi peut-être ?

La cafrine représentée cette année est déguisée comme pour un « carnaval », un « festival » (en parfaite harmonie avec le nouvel intitulé de la fête), maquillée grossièrement, dans ses cheveux, des plumes aux couleurs vives. Les couleurs, justement, très criardes et de mauvais goût, semblent vouloir donner un aspect festif, un brin déjanté, car intentionnellement photoshopé (maquillage qui dépasse volontairement), dans « l’air du temps » ?…

Les plumes, quant à elles, que représentent-elles en réalité ? La question reste posée.

On peut voir l’évolution des affiches, iconographiquement parlant, depuis 2010. Toujours plus folklorique, toujours moins « africain ».

Et que dire, à ce propos et en totale adéquation finalement avec cette idée de désafricaniser la fête, de ce groupe refusé pour la programmation de cette année, car jugé trop « africain » ?… (la source est sûre, n’en déplaise aux mauvaises langues).

NON aux représentations toujours plus fantaisistes, carnavalesques et dénaturées, toujours plus anonymes, plus généralistes.

NON à l’effacement discret de notre histoire réunionnaise.

En définitive, nous disons simplement et fermement NON à cette mascarade qui dure depuis 5 ans déjà, sous nos yeux ébahis, agacés. Beaucoup d’entre nous, issus de ce peuple qui a dû à chaque fois subir des vexations, des humiliations, refusent catégoriquement d’être traités ainsi. Encore une fois, on ne nous respecte pas dans notre dignité de Réunionnais.

Il faut préciser que le peuple, quant à lui, sait d’où il veitn, le nom de sa fête à lui. Sur un réseau social, un bref aperçu des affiches d’événements organisés autour du 20 décembre par des associations (à la Réunion ou en France continentale) confirme l’ancrage du peuple réunionnais dans le nom de « Fèt Kaf ». L’intitulé « Fèt Kaf » est quasi systématique : 8 des 11 affiches prises au hasard utilisent ce terme, les 3 autres étant « 20 désanm » (en créole…), celle du Conseil Général, et « 20 désamb » aussi pour la municipalité de Saint-Denis.
Imposer donc au peuple un nom qui ne lui parle pas, comme pour légitimer un supposé « politiquement correct », décidé comme tel par cette instance locale uniquement, est quand même assez osé…

Jusqu’où ira-t-on dans l’aliénation ? Dans un futur très proche, nous verrons peut-être le 20 désanm devenir une fête (internationale) sans référence, sans socle, sans fondement, dans les mains de politiques peu soucieux de la part historique et mémorielle de la Fèt Kaf, la remplaçant bientôt par un vulgaire « Festival du Métissage », supprimant tout bonnement cette fois, le mot « Liberté », dépossédant les Réunionnais d’une date hautement symbolique, de loin la date la plus importante dans notre histoire réunionnaise, brouillant ainsi complètement, et une bonne fois pour toutes, les traces de son origine : une date qui commémore l’abolition de l’esclavage de tant d’hommes et de femmes arrachées à l’Afrique, à Madagascar, à l’Inde… nos ancêtres, nos aïeux.

On ne croit pas trop exagérer en craignant un tel scénario.

Aucun peuple ne progresse sans l’indignation collective. La conscience du peuple émerge quand il s’indigne face aux absurdités, aux actes qui ne respectent pas le peuple.

Et s’indigner collectivement, c’est commencer par protester par une pétition, d’une seule voix.

Indignons-nous donc, tous ! Sans restriction, sans hésitation.

Signons.

Ansanm-ansanm pou nout Fèt Kaf, nout Vindésanm !

Demandons le retrait (dès la prochaine édition, 2015) de l’appellation « Liberté métisse » de cette fête organisée par la Région !

Pour signer la pétition :
https://www.change.org/p/conseil-régional-de-la-réunion-organisateurs-du-festival-liberté-métisse-non-à-l-appellation-liberté-métisse?recruiter=184464636&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=share_facebook_responsive&utm_term=des-lg-no_src-no_msg

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer