Deuxième cas de harcèlement sexuel à Martinique La 1ère

Oh mon dieu, oh my God, oh djee zeus, oh maux sapiens, oh Mowis. Rien ne va plus à Martinique La 1ère. La dimension phallique de la Tour Lumina prendrait une tournure infernale ? Même les presbytes ne savent pas ce que Victoria sécrète.

Une seule chose est sûre, on est dans le braise îlien et il y a le feu à tous les étages avec ce deuxième cas de harcèlement sexuel qui vient oindre grassement cet univers impitoyable. Oui. Vous avez bien lu. Un deuxième cas et la victime que nous appellerons…euh…Déborah A est la même qui accuse le journaliste Maurice Violton.

Selon cette stagiaire, un autre journaliste aurait tenté de l’embrasser goulument à l’insu de son plein gré . Chaud.

Nous avons tenté de contacter des membres des différentes rédactions. Ça stresse dans tous les coins. On n’est pas à New Delhi mais les langues se délient quand on évoque le délit au saut du lit « Je n’ose plus embrasser mes collègues. j’envoie des mails pour dire bonjour… ». Pire…« Moi…je prends des gélules de bromure et je mange des bokits le midi. je ne prends plus aucun risque ». Comme dirait José Anelka… »ça craint un max ». À suivre.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer