Doit-on poursuivre la CHUMiothérapie dans le secteur de la santé en #Martinique ?

Monsieur le Président de la République française, Monsieur François #Hollande
Madame la Ministre de la Santé, Madame Marisol #Touraine
Madame la ministre des Outre Mer, Madame George Pau-Langevin
Monsieur le Préfet de la Martinique, Monsieur Rigoulet Roze

Le #CHU #Martinique est pour la deuxième fois en 4 mois en cessation de paiement.
Cette situation que personne n’ignore, en pleine accréditation, va bien au-delà du CHU Martinique.
Aujourd’hui, la situation financière du CHUM engage aussi toutes les sociétés privées débitrices de cette structure dans une spirale infernale, qui si l’activité de l’hôpital ne reprend pas, seront exposées à des sommes non payées astronomiques, combien s’en sortiront sans mesure de redressement ou de liquidation ? On parle de plusieurs Millions d’Euros pour certaines de nos entreprises locales.
Combien d’emplois privés perdus ? Combien d’emplois publics perdus ?
J’en appelle à vous, car au bout du compte, ce sont bien les gouvernements précédents qui sont responsables de la situation.
En effet, selon toutes les règles administratives françaises, au vu du gouffre financier du CHUM , résultant de l’incapacité des directeurs successifs, cet établissement aurait du être placé sous tutelle renforcée depuis des années. Non, jamais, ils ont constaté, payé les délires des uns des autres, sans aucune réflexion, dépensé l’argent sans compter. Et voilà, qu’aujourd’hui les engagements se diluent, que les fournisseurs réclament, que le personnel s’inquiète.
Madame George Pau-Langevin, nous vous avons entendu vous féliciter du budget de votre ministère pour 2015, quelles solutions pour le CHUM ? Pourrons-nous attendre 2015 ?
Le rapport de l’INSEE concernant l’activité économique montre une triste réalité :
24% de l’activité de la Martinique repose sur la sphère hospitalière. Au bord de la récession, il y a de quoi être inquiet.
La seule question àse poser est : les Martiniquais ont-ils le droit d’avoir un hôpital digne de ce nom, vous avez visité les urgences de Pierre Zobda-Quitman Madame la Ministre, honnêtement, que m’en diriez vous ?
Hier, c’était gestion paternaliste, aucune gestion des ressources humaines, dépenses à tout va, missions et séminaires. Une direction dispendieuse, oublieuse des règles administratives, aujourd’hui c’est faillite à tous les étages, abus quelque soit le niveau, le grade.
Un CHUM obligé de recruter des médecins mercenaires, à prix d’or, des médecins qui n’encodent pas les actes, donc pas de recette pour le CHUM. Comment la sécu paierait elle un acte qui n’existe pas ?
Demain, cela pourrait être tutelle renforcée, nouveau plateau technique, volontarisme des médecins pour sortir du marasme, gestion des ressources humaines digne de ce nom, règlement des déficits, projet de santé cohérent.
Comment faire avec les mêmes depuis tout ce temps et les autres, celui qui est un des deux fossoyeurs du CHUM, ceux qui ne savent pas ou s’enferment dans leur tour d’ivoire ?
Leurs noms sont gravés dans le marbre de la plaque à l’entrée de Mangot-Vulcin :
Monsieur Ursulet, Monsieur Riam, Monsieur Bertrand, Madame Penchard, Monsieur Samot.
Quand je regarde en terme d’emploi je me dis que cela n’arrangerait guère nos politiques avant Décembre 2015, si le scénario catastrophe qui se dessine se réalisait.
Ne parlons même pas d’une éventuelle catastrophe majeure, cela serait le chaos.
Alors ce CHUM, sera certifié, pas beaucoup de choix de toutes les façons, la liste des réserves sera longue, très longue, un pansement sur une fracture.
Qui soutiendra les entreprises privées qui trinquent en voyant leurs échéances rejetées ?

gilles dégras

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer