La Guyane doit mettre un terme au diabète institutionnel ultramarin

abecedaire_diabete_insuline

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand on analyse ce que la #France offre aux ultramarins (français à part entière et entièrement à part) on comprend aisément le malaise qui gangrène actuellement la #Guyane.
Mais le plus grand département français n’est pas le seul à subir durablement les affres modernes du système colonial. La Martinique, La Guadeloupe,La Réunion et…Mayotte n’y échappent pas.
Deux fléaux sont entretenus pour garantir la totale maîtrise des populations. Pas question ici de parler de peuples. Le peuple est français. Il n’y a pas de peuple guyanais encore moins martiniquais…d’ailleurs beaucoup d’élus, de journalistes « métropolitains » ont été choqué par les excuses de Ericka Bareigts au balcon de la préfecture de Cayenne. Heureusement qu’elle est noire. Allez on l’excuse. Mon dieu, doux Jésus, elle ne savait pas ce qu’elle faisait.

L’illettrisme et le diabète sont donc les moteurs de cette machination quasi mécanique.
Illettrisme = Education.
Diabète = Santé.

Pour nourrir notre vision des choses il faut des chiffres.
ILLETTRISME
. Le cas de l’île de La Réunion est le plus signification. 130 000 illettrés pour une population qui approche les 850 000. Le plus grave c’est que ce chiffre est quasiment le même depuis plus de 15 ans. Oups. Aujourd’hui, selon l’INSEE, 15 % de la population de #Martinique âgée de 18 à 65 ans ayant été scolarisée en français est en situation d’illettrisme. Re oups. 20 % de la population de #Guadeloupe âgée de 18 à 65 ans ayant été scolarisée en français est en situation d’illettrisme. En Guyane 39% de la population adulte soit 50 000 personnes ne savent ni lire ni écrire. Oh my God, oh ma Diana, oh Djee Zeus. Le mal oeuvre au sein de la République qui nous pisse à la raie publiquement.

DIABÈTE
Les départements d’outremer historiquement terres de sucre affichent des chiffres inquiétants . #Martinique…40 000 cas, #Guadeloupe…40 000 cas … Et La #Réunion 96 000 * cas (sixième rang mondial)… soit plus de 10 % de la population pour chacune de ces îles. La Guyane elle, affiche 7,3%.
A l’île de La Réunion, on dénombre 250 décès liés à cette maladie et une vingtaine d’amputations par mois. La consommation quotidienne de sucre, de riz blanc, la sédentarité, le manque d’activité physique et une prédisposition génétique (non encore confirmée par les recherches médicales) seraient à l’origine de la prolifération de ce véritable fléau.
Le diabète est une maladie chronique qui ne se guérit pas, mais que l’on peut traiter et contrôler. Il est causé par un manque ou un défaut d’utilisation d’une hormone appelée insuline.
L’éducation et la santé sont donc les deux pian de nos sociétés. Le sucre et le riz et la mal bouffe font le reste. beau boulot.
Le diabète institutionnel lui parasite le positionnement de l’être dans l’espace. En outremer, on est à la fois tout et rien. On est français, ultramarin, européen, rupien, domien, caribéen, martiniquais, réunionnais, guyanais, américain, guadeloupéen, mahorais, deux îles…bref un parfait mangé kochon identitaire qui fait la joie des paradoxes. On peut ainsi rencontrer des indépendantistes qui adorent l’équipe de France de football. Ce n’est pas trop grave puisqu’on peut confondre pistache et cacahuète ou parler de METROPOLE, de 972 ou 974 REPRESENT sans souci d’imagerie. Jah rastafari. Fuck Babylon.

Aujourd’hui, après l’échec des négociations, les guyanais au coeur d’un « nou bon ké sa  » révélateur, ont compris ce que c’est que le diabète institutionnel, ont compris, l’ampleur du mépris français et…on ose parler enfin du problème du statut. ENFIN.
« La Guyane a besoin d’un statut particulier ». Tiens tiens…on est enfin sur le bon pas de tir. Désormais la fusée guyanaise forte de ses richesses, forte de son unité, a son destin en mains. A suivre.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer