Le Mahatma Gandhi statue non grata au Ghana

Ghandi

#Ghana: Des universitaires ont lancé une pétition réclamant le retrait d’une statue du Mahatma #Gandhi, offerte à leur établissement par l’#Inde en juin dernier.
La raison ? Ils accusent le Mahatma d’avoir été raciste.
Les universitaires lui reprochent d’avoir déclaré, du temps où il vivait en Afrique du Sud, que les Indiens sont « infiniment supérieurs » aux « #kaffirs » – un terme péjoratif utilisé pour nommer les #Africains noirs -, qu’il qualifiait alors de « sauvages ».
Cette polémique en rappelle une autre. En avril 2015, des Sud-Africains qui réclamaient eux aussi le retrait d’une statue de Gandhi située à Johannesburg avaient même fini par vandaliser le monument.
Ces accusations sont confirmées par Rajmohan Gandhi, le petit-fils du Mahatma. Selon lui, son grand-père était « indubitablement » plein d’ignorance et de préjugés au sujet des Noirs d’Afrique du Sud.
Au-delà de ces reproches, les professeurs ghanéens soulignent qu’il aurait été préférable de mettre à l’honneur des héros africains. « C’est la seule statue d’une personnalité historique érigée dans l’enceinte de l’université », regrette ainsi la pétition. « Dans un contexte où notre jeunesse en sait si peu sur l’histoire du continent, de telles statues pourraient servir à stimuler l’apprentissage. »
La direction de l’université ira-t-elle jusqu’à déboulonner la statue de Gandhi ? Rien n’est moins sûr: le Ghana veut à tout prix éviter un incident diplomatique avec l’Inde, l’un de ses principaux partenaires stratégiques.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer