Le Parti Progressiste Martiniquais aime t-il les femmes ?

Le Parti Progressiste Martiniquais aime t-il les femmes ? En ce 8 mars 2015, Journée internationale de la femme, on a le droit de se poser cette grave question.
Ces dernières années, deux femmes de pouvoir, Frédérique Fanon-Alexandre ancienne directrice générale des services du Conseil général de la #Martinique et Corinne Mencé-Caster Présidente de l’Université Antilles-Guyane ont été les victimes de violentes attaques venant de membres éminents de ce parti cher à Aimé #Césaire. Ces femmes dérangent car quand on n’est pas pour le #PPM on est forcément contre lui.

Frédérique Fanon-Alexandre, elle, n’a pas beaucoup de chance…elle a un nom qu’on aime pas trop…Fanon…comme Frantz…cet homme brillant qui au cœur de l’imagerie et des consciences aurait pu faire de l’ombre au poète chantre de la négritude…et en sus elle est celle qui rappelle Claude Lise, celui qui a trahi le balisier. Du coup, il y a de quoi baliser.
Au cœur du Conseil général elle connaîtra en moins d’un an..un enfer en mode rien à faire pour le défaire. Une traque judiciaire avec un désir évident de détruire, salir, punir, haïr …rime de colère en « ire ». Délire.

6 ans d’un harcèlement fait avec art seulement. Heureusement…la justice, permet de sortir du dément…rime en « ment ».De rétablir la vérité, l’honneur, de se laver de ce viol de mensonges qui glissent sur la feuille de songe. Et transforment les mauvais rêves en songes. 6 ans et cinquième victoire judiciaire contre l’institution qui l’avait licenciée. Victoire de femme contre l’infâme.

L’autre femme a soulevé une roche. Elle n’aurait pas dû. Quand elle arrive à la présidence de l’Université des Antilles et de la Guyane, Corinne Mencé-Caster ne sait pas encore dans quel univers glaire elle met les pieds. Ce monde à part est une gangrène qui lui donnera moult migraines.
Cette femme brillante aurait pu œuvrer ailleurs. Elle a voulu s’inscrire dans ce fameux et périlleux cahier d’un retour au pays natal. Depuis, elle ne compte plus les signes évidents d’une misogynie rare, les intimidations, les menaces sans voiles. Oui, elle a soulevé une roche qui dévoile un scandale singulier avec impacts plurielles. Un scandale entre rouge et noir. Une sale dérive sociétale qui s’étale.
Alors elle se bat contre des hommes qui frappent sans crier gare. Coups bas à bas coûts. Prêts à tout pour la faire choir car ils n’ont pas le choix.
Mais tout comme FFA, elle ne peut que gagner car les femmes ne sont pas aveugles. Elle a une foi qui n’a pas froid aux yeux. Pire elles ont un sixième sens. Un atout majeur que les hommes mineurs n’auront jamais.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer