Lettre ouverte à Manuel Valls premier ministre de la République française à propos de la démission de Catherine Conconne première vice-présidente de la Région Martinique

image

Monsieur le Premier Ministre,
Madame Catherine #CONCONNE, 1ère Vice-présidente de la Région #Martinique, mise en examen pour recel d’abus de biens sociaux, a ce lundi 3 août 2015 volontairement présenté sa démission à Monsieur Serge #LETCHIMY, Président de la Région Martinique.

Ce dernier, n’en a pas immédiatement avisé le Préfet comme le stipule l’article 4132-2 du code général des collectivités, jugeant cette démission inopportune.
Il s’est alors contenté de retirer à l’intéressée sa délégation de signature.
L’annonce de la démission de la 1ère Vice-présidente de la Région Martinique et la décision de rejet de cette démission par le Président de la Région Martinique, largement relayées par la télévision publique, suscitent beaucoup de débats de nature à troubler le fonctionnement de l’institution régionale ainsi que l’ordre public.
Aussi, il apparaît que le Préfet de Région, monsieur Fabrice RIGOULET-ROZE, en refusant clairement de se prononcer sur la volonté manifeste du Président de la Région Martinique de violer la loi, faillit aux responsabilités de contrôle administratif et du respect des lois que lui confère sa qualité de Préfet.
Me joignant aux citoyens qui souhaitent que cette affaire soit tranchée afin de restaurer la sérénité, je fais donc appel à votre diligence pour inviter le Préfet de Martinique à dire le droit et à le faire appliquer.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Premier ministre, mes salutations distinguées.

gilles dégras

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer