Lettre ouverte au préfet de Martinique

Monsieur le Préfet, Mr Prévost.

La dernière pluie à la Pointe Chaudière remonte au vendredi 08 février dernier. La coupure d’eau date du 06 février dernier, nous sommes le 14 mars, nous voyons encore une semaine se finir, sans eau. Il s’est tenu une réunion en Mairie samedi dernier concernant ce sujet. La non existence de notre quartier fait que la Mairie ne peut nous faire livrer de l’eau, car il ne pourrait en justifier la dépense. Argument qui vaut ce qu’il vaut. Laissez-moi m’étonner quand même, qu’un Maire ne puisse porter secours à un quartier dont il perçoit les taxes d’habitation. Porter secours à une population figurant sur ses listes électorales ? La Mairie nous a offert la possibilité de faire de l’eau au port de pêche ou auprès des services techniques.
Je rappellerais que certains vont à pied, qu’il y a deux kilomètres et demie de piste, et qu’on est encore loin du Vauclin. Nombreux sont ceux qui ne sont pas équipés pour transporter ou stocker de l’eau alors que la plupart des maisons sont équipées de citernes individuelles.
Mr le Préfet, on ne peut laisser autant de gens dans cette situation (70 maisons), il me semble nécessaire que la Fraternité qui s’affiche aux frontons de nos mairies ne reste pas un vain mot.
J’en appelle à vous, pour nous offrir une trêve au milieu de ce carême de feu.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, mes respectueuses salutations.

Corinne Leclerc

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer