L’UAG est morte…vive l’Université de la #Guyane…vive l’Université des Antilles

20140716-201712-73032790.jpg

Geneviève #Fioraso, Secrétaire d’Etat en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, a présenté ce matin en Conseil des ministres l’Ordonnance modifiant le chapitre unique du titre VIII du livre VII de la troisième partie du code de l’éducation relatif aux dispositions applicables à l’Université des #Antilles et de la #Guyane pour y adapter le titre V de la loi n° 2013-660 du 22 juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et à la recherche.

Celle-ci ainsi que le décret portant création de l’Université de Guyane seront publiés au Journal Officiel de la République Française dans les jours qui viennent.

Pour rappel, la création prochaine d’une université de plein exercice en Guyane entraînera la transformation de l’actuelle Université des Antilles et de la Guyane en université des Antilles.

Cette ordonnance vise à aménager les textes législatifs relatifs à l’UAG :

· D’une part pour tirer les conséquences de organisant l’UAG afin de préparer la création de l’université des Antilles, qui sera effective au 1er janvier 2015. Ainsi, comme dans les autres universités, le conseil académique se substitue aux anciens conseil scientifique et conseil des études et de la vie universitaire,
· D’autre part, mettre en place l’organisation et la gouvernance de la future université des Antilles.

Concernant ce dernier point, l’ordonnance a fait l’objet d’une concertation avec les collectivités locales et la communauté universitaire. Elle répond très largement aux souhaits qui ont été exprimés, qui portaient principalement sur les trois points suivants :

· Parité de représentation des pôles régionaux dans les instances de l’université,
· Autonomie aussi large que possible des pôles, qui reçoivent une large capacité d’organisation administrative et pédagogique et désignent eux-mêmes des présidents de pôles qui sont également vice-présidents de l’université,
· Alternance de la présidence, qui sera encouragée par le caractère non-renouvelable du mandat du président. A noter que le mandat de ce dernier sera légèrement allongé : 5 ans, contre 4 ans dans le droit commun.

Une loi de ratification de l’ordonnance qui sera déposée aussi rapidement que possible et permettra de créer définitivement l’Université des Antilles.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer