Mardi 17 juin : Une journée au Brésil

Solide  match du #Brésil. Solide match de #Marcelino et #Neymar. Il a fallu quatre parades extraordinaires, incroyables, d’un extra terrestre pour priver la #Seleçao de la victoire.

Son passage à vide du début de la première mi-temps a inquiété la moitié du monde. La moitié ? Les trois-quarts du monde entier plutôt oui. L’omniprésent blondinet brésilien était partout sur le terrain, peut-être un peu trop tout partout. Normal il a manqué. Quand il a repris son souffle, là, ça ne jouait plus  dit-donc. Par vagues successives, ils ont tout tenté.

En face, c’était pas des rigolos. Ils faisaient même jeu égal et plus avec le Brésil ! De jeunes bons joueurs comme #Giovanni Dos Santos ou #Rodriguez dans une étonnante équipe du #Mexique pleine de force et de maturité ont menacé l’immense favori. Et puis il y avait Saint Ochoa. Quatre fois Sanctus. Celui qui régale les spectateurs français chaque semaine de ses parades insensées, de ses sauvetages miraculeux. … et qui ne sourit jamais.

– Dit l’ami, tu ne connais pas un gars à Ajaccio ? Ajaccio, là-bas, en Corse. Il me faut une touffe des cheveux de ce mec. Wè. Pour me faire une protection. Un genre de truc miraculeux. Même trois poils c’est bon. Trop fort le goal.

– Hein ? #Ochoa ? T’as vu hein. Messieurs, il est fort ! Et le type est habillé en bleu Vierge Marie. Qu’est-ce tu penses ? C’est un signe ?

Avant ça, avant la révélation à la face du monde de Sanctus Ochoa le Miséricordieux, il y a eu un ersatz de football. Un genre de match tjòlòlò sans sucre et avec un petit ravet dedans parce que, à la fin, c’est la Belgique qui a gagné. Par solidarité tiers-mondiste, je soutenais l’Algérie.

#Algérie – #Belgique ?

La naïveté tactique des équipes africaines, leur manque de consistance mentale, leur friabilité physique font peine à voir. L’entrée décisive de #Drogba, lors du premier match de la #Côte d’Ivoire, qui a galvanisé ses gars, fait preuve.

Après une première mi-temps à oublier, la seconde a vu les belges faire preuve d’une fraîcheur physique étonnante et littéralement manger l’air des algériens qui dès la 70ème minutes étaient cuits et ont fini écroulés.

– Dit-donc l’Ami, il ya un #Maertens dans l’équipe belge. Il est famille avec le cycliste ? Lui là, hum, il savait bien se soigner. Me regarde pas comme ça, les cyclistes connaissent le truc. Ça peut expliquer.

– Hein ? Arrête avec tes insinuations. Maertens le cycliste ? C’était du bricolage. Aujourd’hui c’est du topOtop. Et puis dans le foot ils sont imprenables… Le football c’est trop important. …. Bon, ton histoire de noirs et d’indios, de pauvres quoi, qu’on ne voit pas dans les tribunes. J’y ai réfléchi. Et ben c’est normal mon gars. Noooormal. Y’en a plus ! Y’a plus de pauvres au Brésil. C’est #Lula l’ancien président qui a dit ça. Vrai. Il a dit qu’il a enlevé 36 millions de pauvres pour les mettre dans les classes moyennes. Donc, reste seulement un ti-zizin (un ti peu) de pauvres dans le pays et comme les pauvres au Brésil, c’est généralement des noirs et comme il n’y a plus de pauvres, tu ne peux pas voir de noirs dans les tribunes. Voilà ! CQFD Banane !

– …..(long silence) et les indios ?

Harry Herr Gol

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer