Marinagate en Martinique : il faut sauver le soldat Jean-Louis…

« Allo c’est Eric… » Depuis près de 24 heures, entre Fort-de-France et Paris en passant par le commune du François, moult gens ont dû entendre moult fois cette entame de conversation.

Jean-Louis de Lucy de Fossarieu est en détention provisoire dans ses nouveaux quartiers au quartier Champigny à Ducos non loin de Petite Cocotte et minute après minute, ça fout les chocottes.

Cette pure peur est en réalité un séisme judiciaire sans précédent pour la communauté béké en #Martinique. Quand on peut entrer au Palais de l’Élysée sans pièce d’identité on développe une invulnérabilité durable. Seul hic, la #France le pays des droits de l’homme qui a déclaré l’esclavage crime contre l’humanité est…en crise. La fameuse phrase « La colonie doit enrichir la Métropole mais ne peut pas la concurrencer  » ne semble plus être en phase avec un nouvel ordre mondial qui place aujourd’hui, l’Inde des vaches sacrées et du Gange souillé devant la patrie de #colbert le père du Code Noir. Nous ne sommes plus en 1819 mais en 2019. Le monde change.

Aussi, le Marinagate est d’une violence rare. Rodolphe Désiré échappe à l’incarcération sûrement grâce à son âge avancé. Dans ce dossier, il y a des choses étonnantes qui démontrent que les faits reprochés sont bavards. Arthur de Lucy de Fossarieu est libre mais sous contrôle judiciaire stricte. Il ne doit pas contacter les co-prévenus ni se rendre dans les communes du François et du Marin.

Ok. Pour le Marin.Ok …on peut comprendre c’est là où se trouve l’entreprise Carenantilles. Mais pourquoi ne doit-il pas se rendre dans la commune …du François ? Pourquoi ? Why ? Porque ? Poutji ? Warum? 为什么

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer