#Martinique : ÇA VA MAL À LA SEMAVIL !

Par Daniel Marie-Sainte

Les médias officiels viennent d’annoncer que la SEMAVIL a été mis en redressement judiciaire et qu’un administrateur judiciaire remplace désormais le Président de la SEMAVIL-Maire du Lamentin.
Ils semblent le découvrir !
Or depuis 2012, je n’ai cessé d’interpeller l’opinion publique sur les risques que la mauvaise gestion du Maire du Lamentin faisait courir à la SEM et aux finances de la Ville du Lamentin !
Le communiqué ci-dessous, publié le 27 mai 2012, à l’occasion d’un décision de la Chambre Régionale des Comptes, en est la preuve.

Je cite :

LA SEMAVIL EST-ELLE ATTEINTE DU SYNDROME « AIR MARTINIQUE – SEMAIR » ?
La ville du Lamentin condamnée à payer les dettes de la SEMAVIL !

La Société d’Économie Mixte d’Aménagement de la Ville du Lamentin (SEMAVIL), mal gérée par le tandem SAMOT- ZOBDA, cause de gros soucis aux finances du Lamentin.

La situation financière de la SEMAVIL est plus que préoccupante :
– Les comptes arrêtés au 31 décembre 2010 font apparaître une trésorerie nette négative.
– Ses titres au sein de ses filiales se déprécient.
– Ses dettes (16,86 M €) ne peuvent être assumées.
– Son compte d’exploitation en 2010 est déficitaire de 153.319 €.

La situation catastrophique de la SEMAVIL résulte d’investissements hasardeux :

– Gestion d’hôtels au Diamant et aux Trois-Ilets avec difficultés à payer les salaires des employés.
– Réalisation d’opérations immobilières en défiscalisation, tel la Résidence Casa Granda où le mécontentement des familles qui ont fait l’acquisition de ces logements, les a conduit à intenter un procès à la SEMAVIL pour obtenir la mis en conformité des immeubles et des réseaux les desservant.
– De nombreuses opérations d’aménagement, confiées par la Ville depuis 2002, sont encore inachevées. C’est le cas de la ZAC de Calebassier ou de la réhabilitation du quartier de Vieux-Pont !

Cette situation est cachée aux membres du Conseil Municipal de la Ville du Lamentin, alors que la Ville est le principal actionnaire de la SEMAVIL en détenant 80% de son capital social.
En tant que Chef de l’opposition, je réclame depuis plusieurs mois un débat au Conseil Municipal sur la situation financière de cette filiale de la Ville qui met gravement en péril les finances de la commune du Lamentin.
Jusqu’à ce jour le Maire n’a jamais voulu pratiquer de la transparence sur cette situation de la SEMAVIL et refuse de communiquer des informations concernant cette SEM aux élus de l’opposition.
Il a fallu une décision de la Chambre Régionale des Comptes du 3 janvier 2012 mettant en demeure la Ville du Lamentin d’inscrire au budget 2012, les crédits nécessaires au mandatement d’une dépense de 89.402,36 €, correspondant à une dette contractée, en 2002, par le SEMAVIL auprès d’une banque et demeurant impayée, malgré de nombreux rappels du créancier !

La Ville du Lamentin s’étant portée caution pour ces emprunts se voit contrainte de pallier à la défaillance de la SEMAVIL, tout comme la Région a dû payer, à l’époque, les passifs résultant des faillites de Air Martinique et de la SEMAIR !

Le Maire du Lamentin ne « joue pas la transparence, mais n’oublie pas de servir de juteuses rémunérations en tant que Président de la SEMAVIL!

Nous continuons à réclamer qu’un véritable débat sur la situation financière de la SEMAVIL soit organisé sans délai au Conseil Municipal afin que les contribuables du Lamentin soient informés des risques pris avec leur argent !
Le 27 mai 2012
(fin de citations)

Daniel MARIE-SAINTE
Conseiller Municipal RPL

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer