Mercredi 26 juin 2013 :Grève dans le secteur de la santé en Martinique

Sacrilège. on ne respecte plus rien en Martinique. La CGTM-SANTE balance une grève le 26 juin 2013 …jour de centième anniversaire de la naissance de Aimé Césaire.

Communiqué de presse.
MOBILISATIONS, ARRETS DE TRAVAIL, GREVE, MERCREDI 26 JUIN 2013
AGISSONS COLLECTIVEMENT POUR DES SOINS DE QUALITE ET EN TOUTE SECURITE, POUR LA DEFENSE DES EMPLOIS,
Agissons, face au danger que constitue la dégradation des conditions sanitaires de l’hôpital public par manque de matériel médical, de médicaments et de personnel pour accueillir et soigner les patients, du fait du volume important des dettes (353 millions d’€).
Ces dettes importantes proviennent essentiellement du non respect par l’Etat de ses engagements depuis de nombreuses années notamment sur la revalorisation du coefficient géographique (c’est à dire de la prise en compte dans le budget des surcoûts à hauteur de 30,4%, dus à l’éloignement, à la nécessité de constitution de stocks supplémentaires et à l’indemnité de vie chère). Elles proviennent aussi du nouveau mode de financement des hôpitaux et enfin de la mise en route de la fusion dans la précipitation et sans associer les professionnels du terrain
La CGTM-SANTE exige le versement de la contribution de l’Etat de 353 millions d’€ de manière immédiate et sans conditions, pour sortir le CHUM de l’état de décrépitude dans lequel il se trouve, des risques que cette situation engendre pour la population , pour les agents et pour le maintien des 800 emplois menacés.
Cette exigence est motivée. Cet argent est nécessaire pour permettre aux fournisseurs de reprendre leurs livraisons ou d’effectuer leurs prestations avec régularité, pour éviter une multiplication des infections nosocomiales, – conséquences du manque permanent de moyens -, pour permettre au personnel de retrouver des conditions de travail acceptables (en ayant au moins la possibilité d’être au quotidien en nombre suffisant et en ayant le matériel nécessaire pour travailler),

L’HOPITAL PUBLIC DOIT POUVOIR DISPOSER DE TOUS LES MOYENS POUR QUE LE PERSONNEL PUISSE PRODIGUER DES SOINS CORRECTS ET EN TOUTE QUALITE.
C’est nous tous salariés de tous secteurs, chômeurs et retraités qui par nos cotisations sociales alimentons les caisses de la SECURITE SOCIALE (financeur principal de l’Hôpital) C’est aussi nous, par nos taxes indirectes et nos impôts, qui remplissons les caisses de l’ETAT.
Alors, nous sommes en droit légitime d’attendre que notre argent soit utilisé à bon escient. Nous sommes en droit d’exiger le maintien de tous les emplois nécessaires au bon fonctionnement des hôpitaux .
Ce n’est pas le cas car l’Etat bourgeois français et son gouvernement font des choix et décident en tenant compte des intérêts de la minorité qui détient le pouvoir économique. Cette minorité composé des capitalistes les plus riches n’ont que faire ni de l’Hôpital ni de l’Education nationale ni de tout service public utile à la majorité de la population.
C’est pourquoi, les travailleurs, les chômeurs et les retraités doivent constituer une force pour obliger le gouvernement à tenir compte d’eux et de leurs intérêts.
La Commission Exécutive Confédérale de la CGTM
soutient l’action de la CGTM SANTE et appelle les travailleurs, les travailleuses et la population laborieuse martiniquaise à
défendre son droit à avoir des soins de qualité
mercredi 26 Juin à l’heure d’embauche.
Dans chaque syndicat, les responsables , militants et délégués doivent faire les consultations nécessaires et décider des formes particulières .
Un préavis de grève de 24h pour tous est déposé.
Un RDV central est fixé à la maison des Syndicats à 9h.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer