Présidentielle 2017 : Profil espéré du prochain Président de la République française

Tribune de Roger ANGLO – Ecrivain

PHOTO_RA

La #France va mal. Pis, elle est en faillite. Pas une faillite financière, que nenni ! Il s’agit de cette image, bien réelle celle-là, que renvoie un pays jadis au sommet de sa gloire, envié, admiré, cité en exemple aussi bien pour ses richesses nationales (géographie, art de vivre, culture, humanisme, etc.…) que pour son aura internationale, et qui, au fil du temps, a peu à peu perdu de sa splendeur, perdu de son rayonnement et de son influence à force de choix politiques malheureux et mal inspirés. L’image d’un pays figé, de plus en plus immobile parmi d’autres qui avancent à grands pas vers des richesses inattendues. Une image de puissance en déclin.

A la veille du plus important scrutin de notre République, tous ceux qui disent ou soutiennent le contraire mentent effrontément. La question n’est plus tellement de savoir pourquoi la France va si mal, ni même de chercher à comprendre comment elle en est arrivée là. Pour les citoyens que nous sommes, les vraies questions à résoudre se posent encore et toujours en termes de préoccupations d’avenir : Quelle vie auront nos enfants ? Quels seront les équilibres entre Emploi, Retraite, Loisirs ? Quelles règles du jeu pour l’Immigration ? A quoi ressemblera la France de demain ?

Ces questions essentielles donnent la mesure de la responsabilité qui échoit aux citoyens électeurs, de nouveau sollicités pour exprimer leur volonté, pour donner le coup d’envoi d’une nouvelle mandature. Ces électeurs connaissent la situation de la France et ne savent que trop bien ce qu’ils endurent. Ils voient que des pans entiers de l’organisation sociétale sont désertés par l’Etat qui reporte de plus en plus sur la société civile ce qui relève de ses prérogatives.

L’élection du président de la République est un rendez-vous singulier et aussi très particulier en ce qu’il fait le peuple souverain. C’est donc bien lui, le peuple, qui, par son choix, donne l’orientation générale de la mandature présidentielle, sur la base il est vrai des propositions du candidat qu’il décide de privilégier.

Et précisément, compte tenu de la désastreuse situation de la France dans nombre de domaines (économique, social, culturel, éducatif, sociétal…) la question se pose de savoir quel candidat privilégier parmi tous ceux qui restent en lice.

Citoyens, l’élection présidentielle est un moment privilégié : elle nous donne à élire un personnage qui sera le Guide de la Nation. Elle nous donne à élire un président dont la personne ne soit pas génératrice de comportements agressifs ou moqueurs ; un président qui soit à la hauteur de la fonction, et qui incarne la volonté des citoyens de vivre ensemble en tant que Nation ; un président qui soit un véritable Chef d’Etat et non pas un chef de clan ou un candidat toujours en campagne. Un président qui se préoccupe du destin de la France et non de son propre destin.

Cette fois encore, l’état de la France, l’état du monde, la conjoncture nationale et aussi internationale nous commandent d’être particulièrement rigoureux dans ce choix suprême aux conséquences si lourdes pour l’avenir de notre pays France, pour notre avenir. Dans ce monde d’interdépendance absolue, en constante mutation et où tout va désormais très vite, soyons conscients que nous ne pouvons pas nous payer le luxe de perdre encore cinq ans.
Citoyens, il nous faut garder à l’esprit que le Chef de l’Etat que nous aurons choisi, se trouvera confronté à des enjeux des plus complexes aussi bien sur le plan national (finances publiques qu’il faut rétablir, chômage qu’il faut endiguer et réduire, industries qu’il faut revitaliser et rendre plus compétitives, problèmes migratoires qu’il faut traiter avec fermeté et humanité, système éducatif qu’il faut adapter et rendre plus efficient, etc.…) que sur la scène internationale et mondiale (bouleversements technologiques, enlisement de l’Europe, surpuissance américaine, instabilité du Moyen-Orient, extrême concurrence de l’Asie, enjeu Africain, etc.….). Autant de raisons qui confortent l’idée que Président de la République ne s’improvise pas, n’en déplaise à tous ceux qui se voient déjà investis des pleins pouvoirs. N’en déplaise à tous ces prétendants qui s’agitent ici et là et qui, pour la plupart, ne s’intéressent au peuple de France que sous la forme abstraite qu’il prend dans leur discours idéologique.

Citoyens, notre responsabilité nous commande de confier les rênes de l’attelage France à quelqu’un ayant non seulement une connaissance approfondie du pays et une passion pour ses habitants, mais aussi une juste vision de la France et du monde. Une juste vision des contraintes et des enjeux, des possibilités de la France et aussi de la société française ; une juste vision qui lui permette d’éclairer ses décisions et de définir ce qui est souhaitable. Quelqu’un qui saura conduire avec efficacité les affaires de la France et répondre aux attentes du plus grand nombre.

Non ! Il ne suffit pas d’avoir la stature d’un chef d’Etat. C’est impératif. Le prochain chef de l’Etat français, nécessairement au-dessus des Partis, doit posséder une capacité d’analyse rigoureuse des enjeux stratégiques, une grande force de caractère et de maîtrise de soi, mais aussi une immense résistance physique et une considérable capacité de travail. En outre, les multiples incertitudes du monde actuel réclament une faculté d’anticipation aiguë et de solides repères moraux dont le président de la République ne doit pas être dépourvu. Nous avons à élire non pas un surhomme, mais un président de la République qui, pour être respecté, doit être respectable ; un président de la République qui, une fois l’élection terminée, saura engager les Français, tous les Français, à retrousser leurs manches et travailler ensemble à un projet collectif.

Au surplus, au-delà de sa personnalité exemplaire, le Chef de l’Etat doit pouvoir s’appuyer sur un Projet fédérateur d’autant plus fort qu’il est novateur, pour lui permettre de surfer avec bonheur sur les critiques et se jouer d’une éventuelle impopularité. Une impopularité qui sera forcément éphémère si la gouvernance se révèle plus proche des citoyens, plus transparente et plus consensuelle aussi ; une gouvernance plus respectueuse et plus responsable quant aux propositions énoncées dans le contrat électoral.

L’expérience récente nous enseigne que tous ces paramètres ont souvent cruellement fait défaut au fil des dernières mandatures. Elle nous fournit aussi une grille d’analyse qui devrait aiguiser notre méfiance, et aussi nous conduire à prendre de la distance avec tout ce qui pourrait faire diversion sur l’enjeu principal de l’élection présidentielle 2017 : une alternative politique.
Le prochain président de la République française, s’il ne répond pas parfaitement au profil présenté ici, doit au moins s’en approcher au plus près.

Alors, Qui, parmi les 11 candidats qualifiés pour briguer nos suffrages ?

Roger ANGLO
Auteur de l’ouvrage « Parce que la France le vaut bien ! » disponible à la FNAC

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer