Rien ne va à la Collectivité Territoriale de Martinique. Ok. Vous voulez savoir pourquoi ?

20171129_144236

Dans moins d’un mois, plus précisément le 13 décembre de l’an 2017, ça fera deux ans que la #Martinique va mal contre sa volonté. Ceux qui ont perdu la bataille de la Collectivité Territoriale n’ont jamais accepté le verdict des urnes. Encore moins le désir de changement clairement exprimé par la population. Au fait, à ce jour, avons nous bien identifié les perdants ? On en reparlera un peu plus tard dans ce texte qui s’annonce …long.

En arrivant au pouvoir, Alfred Marie-Jeanne a fait, bien malgré lui, quelques erreurs importantes. Il n’a pas voulu renouveler les équipes. Notamment dans les secteurs stratégiques. La chasse aux sorcières ce n’est pas son truc. Pourtant…
Quand une gouvernance change les gens doivent changer.

LE SERVICE COMMUNICATION QUI NE SERT À RIEN OU PRESQUE
De nos jours, il est impensable de garder un pôle communication issue de la gouvernance précédente. Aujourd’hui, les gens, surtout les femmes qui sont dans le service communication de la CTM sont des fidèles de Serge Letchimy. Ce n’est pas normal.
Rappelez vous…quand Christiane Taubira quitte le ministère de la justice sous l’ère Hollande, elle fait ses cartons et les membres de son cabinet aussi. Normal.
Quand, la défaite sonne le sanglant glas sans gland de l’époque Ensemble Pour une Martinique Nouvelle (EPMN) le directeur de cabinet du président du CR Jeff Lafontaine se permet de demander aux administratifs …  « Est-ce qu’on peut compter sur vous? »…pour gripper le fonctionnement de la nouvelle Collectivité. Ce n’est pas normal.
Néanmoins la requête est rendue possible car le système Letchimy avait su corrompre les fonctionnaires et mettre à mal la déontologie et le devoir de réserve. L’immeuble de Plateau Roy avait tout pour être un cheval de Troie. Ce n’est pas normal.
Il faut avouer que Gran Sanblé Pou Ba Péyi a An Chans ne pensait pas gagner autant que EPMN n’envisageait pas de perdre.
L’annulation des commandes de Champagne et la destruction des agendas 2016, précocement imprimés, le prouvent.

LE CABINET PIPÉ ET VÉROLÉ D’ALFRED MARIE-JEANNE
Ça devient le plus grave problème. C’est le plus grave.Comment expliquer qu’un franc-maçon et qu’un membre du PPM soient présents au sein de ce cabinet ? Cela demeure un mystère. Ce n’est pas normal. Le président du Conseil Exécutif est seul. Un de ses proches, politiquement parlant, Louis-Félix Duville, a jeté l’éponge dans un silence bavard. Maguy sa fille garante de la chape de plomb communicative, va devoir quitter le cabinet le 15 décembre 2017, loi de moralisation de la vie publique oblige.
Ça sent fort la latrine à la traine.
Le résultat est que depuis deux ans, Alfred Marie-Jeanne est inaccessible. Il est dans une étonnante bulle qui ressemble à un bunker. Une déconnexion voulue voire imposée qui entame dangereusement le lien affectif et intime avec la population. Le tribun n’est plus dans le coeur de la tribu. Ubuesque.
Les militants de son propre parti ne peuvent le voir même en montrant patte blanche. Patte métisse pareil. Patte noire pa menm palé. Certains parlent même de séquestration ou de confiscation.
Mais c’est sûrement exagéré. Sûrement. Quoi que.
La mainmise maçonnique s’est clairement signifiée lors de l’élaboration de l’organigramme de la nouvelle Collectivité. Le ver est dans le fruit. Letchi.
Un truc incroyable. Le président du Conseil exécutif disait quelque chose un jour, le prisme de la franc-maçonnerie détournait sa requête le lendemain. Ce n’est pas normal.
Mais comment est-ce possible ?
L’Exécutif semble déconnecté de la réalité du terrain.

Revenons donc sur ceux qui ont perdu en 2015. EPMN et Serge Letchimy. Ok. Mais aussi, Bruno Nestor Azérot et surtout Jean-Philippe Nilor qui faute de chaises, avait le cul entre ascenseur et bungalow pilotin. Le G20 n’était pas une invention de l’esprit. Le nouveau maire de Sainte-marie, en bon ventriloque du romantique qui ne vanus cocus, l’a clairement signifié le jour de sa récente victoire.
Le charnier devient la charnière d’un renouvellement politique qui devient obsessionnel comme une turgescence non assouvie.

LE RAMPANT PIAN NILORISTE
La tenaillante et tenace soif de pouvoir fait de Nilor, un JPN. Un Jouisseur Pervers Narcissique. La victoire du 13 décembre 2015 est pour lui une transition…mais le temps passe et celui que Daniel Marie-Sainte, en bon franc-maçon, désigne faute de mieux et surtout à tort comme la relève du Mouvement Indépendantiste Martiniquais (MIM) est en mode « Tu es le père, tuer le père ».
La présence au pouvoir d’Alfred Marie-Jeanne l’agace durablement autant que l’horloge biologique du vieil homme qui fait dans l’helvète.
Alors le député dépité, champion local du lancer de culotte usagée en salle, use de son pouvoir de nuisance. Avec ses partisans, les niloristes, il teste régulièrement ses forces au sein de la Collectivité. Le cas Colson qui gonfle son caleçon, est significatif, puisqu’il arrive à obtenir le soutien de l’opposant Jean-Claude « je vois…je vois l’étoile » Duverger pour contredire vertement la majorité en place. Eh oui ces deux hommes sont sûrement des…qui se ressemble s’assemble. Il n’y a pas l’ombre d’un doute. Il faut être presbyte pour ne pas le voir.
La Collectivité Territoriale de Martinique est donc devenue une véritable tour de Babel, un piteux pitt métis.
Prenons le cas de l’usine du Galion. Comment expliquer le positionnement contorsionniste de l’élu niloriste Richard Barthéléry, président de la SAEM Galion qui suite à une volte-face qui fait perdre la face, se désolidarise de façon surprenante et étrange de sa majorité…laissant ainsi presque croire…oh mon dieu, oh ma Diana, oh djee Zeus, oh vos leurres que c’est…Albioma…qui le rémunèrerait.
Une seule chose sûre, actuellement c’est le souk à la CTM. La logique de pourrissement est en marche avec des conflits politiquement orchestrés par le MODEMAS, Nou Pep La, le PPM… et des syndicats déguisés en drones.
Alors, à la question… « Comment va la Martinique ?» Beaucoup préfèrent répondre à la prochaine interrogation.

GREEN PARROT LA HOT CAROTTE DANS LA HOTTE PATRIOTE
A l’orée de 2018, certains empreints de calculs, au bord de l’éjaculation précoce, attendent frénétiquement, comme un cadeau de Noël, le mois de mars et le procès d’Alfred Marie-Jeanne (Affaire dite Green Parrot) qui se déroulera à Paris.
Ils espèrent un charnier judiciaire qui mettrait un terme définitif à la carrière du gêneur. Seul hic, Alfred Marie-Jeanne a tout pour avoir un destin à la Jeanne Calment qui risque de calmer les kal mò. A suivre.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer