SDIS, c’est chaud brûlant !

Grosso modo et malheureusement, un certain nombre de communes, dont Fort-de-France, oui oui Fort-de-France, la Ville-Capitale oui ! n’ont pas payé leurs contributions au SDIS, le Service Départemental d’Incendie et de Secours de Martinique.

Résultat, bien que l’état-major se soit récemment installé dans un bâtiment neuf construit par le Conseil général au Centre-ville, la situation des pompiers professionnels mais également des volontaires souffre de ce manque, cette incurie scandaleuse des municipalités.

Pas assez d’argent pour le SDIS c’est moins de moyens nouveaux pour les pompiers pour qu’ils sauvent des vies, c’est pas de réparations, d’entretien sur les matériels en activité, c’est pas de protection pour les guerriers du feu…. or, les sapeurs- pompiers interviennent de plus en plus dans toutes sortes de situations et pas seulement en cas d’incendies ou d’accidents. Ils ont besoin de matériels de plus en plus sophistiqués donc chers et le public est de plus en plus exigeant, les maires aussi d’ailleurs !

Et voilà que les salaires de janvier non pas été versés…

C’est tout ça qui explique le coup de chaud des sapeurs-pompiers qui sont descendus dans la rue dire leur colère et leur inquiétude.

Cette situation financière catastrophique du SDIS, qui va obliger son nouveau président à se démener pour aller chercher le remboursement de l’argent, ne date pas d’hier, elle s’est installée sur la durée. On ne va pas nous faire croire que personne n’a rien vu venir pour qu’on se trouve dans une situation aussi tendue aujourd’hui.

Au fait, qui était le patron du SDIS sous l’Ancien régime ?

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer