#SME…entre inégalité de traitement entre salariés indigènes et métropolitains et traitement des eaux

20140805-122012-44412611.jpg
Par Daniel Marie-Sainte.
DECLARATION A PROPOS DU CONFLIT DE LA SME
Réagissant à propos du conflit de la #SME, le patron du Club Med en #Martinique, guidé par un réflexe de classe, a cru devoir se livrer à une attaque en règle contre les salariés en #grève.
Cette attitude injuste, me conduise à réagir à propos du conflit de la SME.
Il convient de rappeler les faits :
Les salariés de la SME, réunis en intersyndicale CDMT-FO, demandent l’ouverture de négociations annuelles des salaires.
Conformément aux dispositions légales, ils obtiennent, de la direction de la SME, des documents d’information sur l’évolution de la masse salariale par catégorie de salariés sur les années antérieures.

Ils découvrent, alors qu’il y a une inégalité de traitement entre les salariés suivant qu’ils soient martiniquais, désignés comme « locaux » , ou qu’ils soient français, désignés comme « expatriés ».

Ces derniers salariés de la société multinationale qui est le principal actionnaire de la #SME, ont des salaires et avantages non seulement nettement supérieurs à ceux des « locaux », mais, en plus, ils les ont vu augmenter de plus de 6% !

Au nom de l’égalité de traitement, donc de l’équité, tout naturellement, l’intersyndicale des salariés martiniquais a revendiqué la même augmentation !

Le directeur général de la SME, qui est un « expatrié », au lieu d’entamer des négociations sur des bases sérieuses, a préféré mettre fin aux négociations par une décision unilatérale et partir chez lui en vacances.

Plus grave, il a commandité auprès de son service de communication, une campagne de dénigrement des salariés de l’entreprise, en tendant de les faire passer pour des saboteurs du réseau d’eau potable du Centre et du Sud.

Or tout le monde doit savoir qu’un réseau qui ne bénéficie pas de service de maintenance régulier, se dégrade spontanément !

Plus la grève durera plus le réseau se dégradera et les abonnés pâtiront de pénuries d’eau potable.

C’est pour cela que la multinationale a décidé de laisser pourrir la grève afin que les travailleurs en lutte deviennent impopulaires auprès des abonnés.

Par solidarité de classe avec la direction de SME, des organisations patronales de Martinique ont cru devoir, de publier dans les média des déclarations allant dans le même sens.

Je veux non seulement parler du communiqué du patron du Club Med, mais également celui signé, conjointement, par neuf représentants patronaux : la présidente du CMT, le président de l’aéroport, le président de la CCIM, le président de la CGPME, le président de gites de France, le président du SNAV (syndicat d’agence de voyages), le président de l’ARCAM, le président de ZILEA et le responsable du port du Marin !

Pour eux tous, les seuls coupables sont les salariés !

Pourtant, le conflit à la SME a des points de similitudes avec le conflit des fonctionnaires martiniquais du milieu des années 1950, qui a duré plusieurs mois.

Ce conflit mémorable avait été déclenché par les syndicats après qu’ils aient découvert, par hasard, que la prime de 40% dite de « vie chère » n’était servie qu’aux fonctionnaires français « expatriés » ou encore appelés « métropolitains mais pas aux fonctionnaires martiniquais dits « locaux » !

L’histoire sociale de notre Pays nous apprend que la seule façon de terminer une grève, c’est d’arriver à la signature d’un protocole d’accord entre les parties en conflit !

Que le patron de la SME cesse son arrogance et retourne à la table de négociations !

Pour l’avenir, cette situation devrait faire réfléchir, les élus politiques si prompts à confier la gestion des affaires martiniquaises aux multinationales telles La Générale des Eaux, ou La Lyonnaise des Eaux pour ma gestion des eaux potables ou usées ou encore Vinci ou Veolia pour les transports.

Ce faisant, ils facilitent l’exportation de l’argent des impôts des martiniquais sous forme de bénéfices de ces sociétés ou de gros salaires de leurs agents !

Et pourtant, l’expérience de l’ex-Régie Autonome des Eaux et Assainissement de Fort-de-France, devenue Régie ODYSSI de la CACEM, montre qui peut faire différemment pour les fonds des martiniquais restent dans l’économie martiniquaise.

Le 4 août 2014.

Daniel MARIE-SAINTE

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer