Je tweete sur la misère du monde depuis mon île privée dans les Caraïbes

Le père Richard Branson, milliardaire anglais (le groupe « Virgin » c’est lui) s’est acheté une île dans les Grenadines (Necker Island). Il l’a négocié pour une bouchée de pain (180 000$). Il a juste fait ensuite 10 millions $ de travaux, ce qui démontre que le gouvernement local s’est « royalement » fait entuber.
Sur « son » île (1) il peut accueillir 34 personnes sur 30 hectares. On est loin de la densité de population de Singapour…
Mais comme il est très riche, il a du temps et mauvaise conscience… il se permet de donner des leçons de vie à un peu tout le monde. Du sermon de la religion des « entrepreneurs-capitalistes » : genre comment « rester zen quand on a du boulot », « la journée d’un entrepreneur » etc…
Depuis quelques temps il se lance dans le réchauffement climatique, car « c’est bien »…et papy le milliardaire vient de tweeter ça :

On vous traduit (en gros)  : 44 000 personnes perdent leur maison PAR JOUR… ça fait 44 000 personnes déplacées, familles brisées etc…
Richard pense : Le dérèglement climatique c’est pas bien.
Ah non.
Des millions de gens vont perdre leur maison…
WTF… Le mec il a SON île perso, façon conquistador du XXème siècle… mais il ne se pose pas la question de la destination de sa fortune pour aider ces gens ?

Ce genre d’ultra-riches qui se donnent un air cool ne font pas grand chose de leur argent, mais ils ont de super idée pour dépenser le notre.

 

(1) il a été obligé de « tolérer » de laisser les plages « ouvertes au public »… après une longue négociation avec les entubés oups, le gouvernement local.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer