« Attends je te rappelle…je suis en train de filmer un gars qui veut se tuer »

Screenshot_2016-08-10-11-46-06-1

Le monde change et il est à craindre que plus rien ne sera comme avant.
Hier mardi 9 août 2016 en #Martinique, drame familial, un homme tue son frère et use plus tard de son arme pour attenter à sa vie.
Les forces de l’ordre sont présentes, des témoins filment la scène. La vidéo de la mort en live se retrouve sur les réseaux sociaux puis sur la télévision du service public Martinique Première.
 Pourtant, le 14 juillet dernier, les horribles images de l’attentat de #Nice avaient vainement  tirées l’alarme déontologique.
France Télévisions avaient diffusées, le #CSA avait tansé pour la énième fois. La vidéo circulait sur #Whatsapp, qui devient l’excuse facile et surtout l’agence de presse gore par excellence.
Screenshot_2016-08-10-11-48-08-1

Screenshot_2016-08-10-11-47-02-1

 On y trouve de tout, entre images et sons.

Du sang, du sexe, du fun, comme cette jeune femme qui se reconnaît sur une photo, en train de faire une fellation mais qui gagnée par l’amnésie ne sait rien du quand, qui, quoi, où, comment ?

Ne parlons même pas de la catastrophique Cata-Party du #TDY2016.
Ou encore de celle qui s’occupe d’un phallus avec sur la tête un sac en papier d’un fast-food percé trois fois pour  laisser voir ses yeux et sa nécessaire bouche.

Aujourd’hui, l’important,  c’est de filmer, d’être le média. #Jesuissmartphone. La non assistance à personne en danger n’est plus une priorité.

Eh oui…comment voulez-vous faire le buzz avec des images d’une personne qui se noie si vous devez en même temps lui porter secours ?

C’est une bonne et malheureuse question dans un monde qui change.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer