Fête des mères ? Fête d’un père

Dans la Martinique du siècle dernier, la Fête des mères était l’occasion de s’apercevoir que, parfois, c’était la fête d’un père. Les types semaient des enfants avec plein de femmes différentes, eux-mêmes étant mariés ou an-kay, quand ils ne vivaient pas toujours chez leur propre mère.

Dans la Martinique plantationnaire, les spécialistes du truc étaient souvent les « majors ». Les chaben de leur côté de s’en sortaient pas trop mal. Mais les vrais champions, les top-players, c’étaient les « géreurs d’habitations ». Certains ont eu près de quarante enfants avec des femmes de toutes origines sociales ou phénotypiques sur toute la Martinique.

A l’inverse, dans une colonie où le débouya- pa-péché tenait lieu de credo, il n’était pas rare de voir une famille avec la maman et ses 10 enfants de 10 papas différents. Et malheur à la voisine qui envoyait ça comme mépris lors d’un de ces cancans qui animaient alors les quartiers. Un vigoureux « Mafi bout landjet-mwen sé ta mwen» faisait taire l’imprudente.

Ainsi allait la Martinique de ces années-là,…. mais est-ce que ça a vraiment changé ?

(à bientôt pour un billet sur la fête des pères)

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer