José Anelka envoie une lettre de licenciement à une journaliste qui est en arrêt maladie

Le conflit qui oppose José Anelka à la journaliste Ingrid Sénat vient d’entrer dans la catégorie du grand nimporte quoi. Rappelez vous…une affaire de harcèlement…un peu glauque, un peu glouk, un peu gloukouk au sein de la rédaction de RCI #Guadeloupe. Une journaliste, Ingrid Sénat qui gagne son procès et des perdants qui parlent d’erreur judiciaire dans un univers où la justice a tout sauf des yeux loli. Cette semaine, l’empêcheuse de niquer en rond a reçu une lettre de licenciement signée de la main de José « Atiwawa »Anelka, une missive sûrement rédigée avec son chibre flasque.
Seule hic, Ingrid Sénat est en arrêt maladie jusqu’en mars 2019. Et en #France,le pays des droits de l’homme qui a déclaré l’esclavage crime contre l’humanité, on ne peut pas licencier sans un entretien préalable et en zappant l’arrêt qui est clairement signifié. Zozé…a osé mais le #codenoir initié par Jean-Baptiste #Colbert n’est plus officiellement appliqué.
🎶🎶🎵Oh…JA JA …tu ne respectes pas la procédure…quel amateurisme, on dirait un vit sans burnes.🎵🎶🎶Oh JA JA. Ton licenciement est illégal. Si j’ai un conseil à te donner. Change de conseil. Ton avocat c’est du guacamole.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer