LA MARTINIQUE MALADE DE CES JOURNALISTES…

La Martinique en ce jour connait un énième conflit…les gérants des stations service râlent.Les compagnies pétrolières soucieuses de leurs gains ne font rien pour que la vie soit un long fuel tranquille. Pire c'est le bordel. Blocage de la SARA, ruée vers les pompes, le préfet qui appelle au rationnement dans un pays qui roule vers la panne sèche. Ce matin, les forces de l'ordre lèvent le barrage des gérants. Tout se passe dans le calme mais les stations qui ne veulent pas qu'on leur pompe l'air, baissent leurs rideaux. Les automobilistes sont à la rue et l'or noir peut presque se vendre au marché noir… Ce conflit, lui, va une fois de plus mettre en exergue la médiocrité de certains journalistes qui exercent en Martinique. Exemple. Béatrice Vandevorde, journaliste vedette à Radio Caraïbe International, interroge Thierry Lesel de la Chambre Syndicale des Gérants de Stations Service, elle fait un point sur la situation et poursuit " ne pensez vous pas que les automobilistes…"Elle n'a pas le temps de terminer sa doléance que l'interviewé lui lâche un cinglant : "Madame…je n'attends pas que vous me fassiez la morale". Ca a le mérite d'être clair. Dans ce conflit, qui oppose la direction régionale d'ESSO et les gérants des stations, pas évident d'avoir une vision simpliste des choses. La Martinique est un pays en crise , où la presse et ses acteurs ont un rôle de plus en plus dérisoire, où le moindre grain de sable peut enrailler une machine qui ne sait plus qu'elle est une machine.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer