13 décembre 2015… L’insupportable verdict des urnes qui dérange la France

image

Sous la mandature du président Nicolas #Sarkozy, la République française avait un problème. La #Martinique était la seule Région de #France dirigée par un indépendantiste. Le 13 décembre 2015, sous François #Hollande, l’Histoire donne du rab à ce dérangeant hic déguisé en pian puant. Deux collectivités insulaires, la Corse et… la Martinique (encore elle…), peu soucieuses du cordon ombilical hexagonal, font la nique à la une et indivisible.

Merde fait chier. On est bien loin des efficaces ficelages stratégiques. Pire on peut même dire sans se tromper que, sur ce coup-là, les fins stratèges se sont faits tèj. La Martinique et la #Guadeloupe qui étaient les tubas acquis des socialistes ont été des flops cinglants. La stratégie des maires a fait chuter lourdement Serge Letchimy et Victorin Lurel. Et…cette déroute cataclysmique n’a pas fait rire les têtes pensantes de l’Etat français.

Aussi, on peut comprendre la récente mésaventure vécue par le président de la CTM Alfred Marie-Jeanne invité d’un invité (Alex Ursulet) dans une banale émission de France 3. On ne va pas en faire toute une histoire mais l’incident est quand même une alerte qui annonce un sombre dessein métissé.

Un con complot. Con comme concombre de mer séchant sur une bitte d’amarrage.

En plus clair, on, pronom indéfini, veut déloger le charismatique leader indépendantiste approuvé par le peuple et bien au-delà des partis. Aussi, on va ressortir la fumeuse affaire Green Parrot et comme dirait mon kiné qui est très franc… »massons là où ça fait mal ».

La méthode est vile et face notamment au compas, on n’est pas con. Take care les frères …

Aujourd’hui, plus que demain, dans le leurre qu’offre votre piteux pitt hexagonal, le black est d’équerre,

…pour défendre le Chaben plébiscité.
…pour défendre le choix des martiniquais.
…pour défendre l’intérêt supérieur : la Martinique.

Pran gad, pa simen kouyon. Nou péké jwé épi zot. Vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous a pas averti.

gilles dégras

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer