Big Brother is Watching us : le gouvernement états-unien espionne l’humanité

Terrible. Qu’ils soient  blancs, noirs,  latinos, asiatiques, « native », orientaux, ce sont des yankees. En leur nom, au nom de leur sécurité, le gouvernement yankee espionne le monde entier où chaque habitant est considéré comme un ennemi potentiel.

Apple, Verizon, Skype, AOL, YouTube, Facebook, Google, Yahoo, Microsoft et les autres, tous complices ?

 Twitter aurait refusé de collaborer.

Ce qu’Edward Snowden, réfugié à Hong Kong, a révélé en faisant preuve d’un courage extrême, car aujourd’hui sa propre liberté, et peut-être sa vie, sont sans doute en danger, et qui a fait l’objet d’articles dans le « Washington Post » et le quotidien britannique « The Guardian » est scandaleux et surtout montre qu’aujourd’hui la liberté n’est plus que relative.

Tout est espionné. Tout est enregistré pour l’éternité  et tout peut être utilisé contre nous. Le début du totalitarisme.

Voilà un article publié sur  http://www.romandie.com

La source des fuites a travaillé à Genève pour la CIA

L’employé d’un sous-traitant de l’Agence de sécurité nationale (NSA) à l’origine des fuites sur le programme américain de surveillance des communications a travaillé un certain temps à Genève pour le compte de la CIA. C’est là qu’il a eu pour la première fois envie de révéler ce qu’il savait sur ces programmes.

Engagé par la CIA (l’agence américaine de renseignements) au milieu des années 2000, Edward Snowden travaille dans la sécurité des systèmes informatiques. Vu sa compréhension d’internet et ses talents pour la programmation informatique, il gravit rapidement les échelons.

En 2007, la CIA l’envoie en poste à Genève sous une couverture diplomatique. Sa responsabilité de maintenir la sécurité du système informatique lui donne un vaste accès à des documents hautement confidentiels.

Ecoeuré par ce qu’il découvre, il songe alors révéler l’existence des ces programmes à la presse après avoir conclu qu »ils constituaient « des abus » du public au nom de la sécurité.

Il attend toutefois l’élection de Barack Obama en 2008 avant de passer à l’acte, dans l’espoir que le nouveau président démocrate tiendrait ses promesses de mieux protéger le public contre ces pratiques. Mais « il (M. Obama) a continué les politiques de ses prédécesseurs« , a déploré le jeune homme de 29 ans.

Désillusion

« Une bonne partie de ce que j’ai vu à Genève m’a enlevé mes illusions sur le fonctionnement de mon gouvernement et son impact dans le monde », a-t-il déclaré au « Guardian », un des deux quotidiens qui ont révélé l’affaire. « J’ai réalisé que je faisais partie de quelque chose qui faisait beaucoup plus de mal que de bien », a-t-il ajouté. M. Snowden quitte la CIA en 2009.

La semaine dernière, le « Washington Post » et le quotidien britannique « The Guardian » ont fait la lumière successivement sur deux programmes secrets de l’Agence nationale de sécurité (NSA).

L’un concerne la récolte depuis 2006 des données d’appels téléphoniques aux Etats-Unis par l’opérateur Verizon, et vraisemblablement d’autres opérateurs.

L’autre programme, appelé PRISM, vise à intercepter les communications d’internautes étrangers, se situant hors des Etats-Unis, sur neuf grands réseaux sociaux comme Facebook.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer