Et si la société martiniquaise était la première au monde à bâtir cette Civilisation de l’Amour?

image

Et si la société martiniquaise était la première au monde à bâtir cette Civilisation de l’Amour? Et si c’était notre vocation pour le monde de vivre ce à quoi tous les hommes aspirent ? Une société solidaire, où on accepte d’avoir une voiture plus petite, de ne pas s’acheter des écrans multiples, de consommer local, de ne pas profiter du système et de ses failles, d’aider et de soutenir les plus faibles, de donner des « coup-de-main », de ne plus pratiquer le « nèg kont nèg », de rejeter toute sorcellerie, de respecter la nature et de ne pas produire de déchets, de s’encourager, d’accueillir la vie de sa conception à sa fin naturelle, de jeter un regard d’espérance sur nos jeunes, même quand ils sont en échec… On dira que je rêve, mais lequel d’entre nous ne partage pas ce rêve ? Et si nous l’avons tous au cœur, quel démon nous empêche de le réaliser ?
Ce n’est donc pas un rêve, c’est une prophétie ! C’est mon rôle de pasteur de l’Eglise catholique de la proclamer, mais je ne peux être seul à la porter. Je lance cet appel d’abord aux prêtres et aux fidèles de mon Eglise ; je lance cet appel à la veille des échéances politiques importantes, voire historiques, aux leaders politiques et aux candidats à l’élection de la CTM ; je lance cet appel aux décideurs du monde économique ; je lance cet appel aux familles et aux travailleurs sociaux ; par-dessus tout, je lance cet appel à ceux qui sont les plus frappés par les fléaux sociaux, à ceux qui sont sans travail, sans famille, sans santé, à ceux qui sont dans les rues et les difficultés. Par la grâce, si eux se relèvent et se mettent à espérer, qui refuserait de les suivre ?
Ainsi, par la puissance de la grâce du baptême que tant de Martiniquais ont reçu, je proclame que « si quelqu’un est dans le Christ, il est une création nouvelle : l’être ancien a disparu, un être nouveau est là ». Que ce monde, et chacun de nous, accepte de mourir et de renaître dans le Christ, notre Alpha et notre Oméga, et tout sera renouvelé.

+ David Macaire
Archevêque de Saint-Pierre et Fort-de-France

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer