CTM : Audit or not audit ?

Voilà ! C’est fait ! Avec la mise en place de la Collectivité Territoriale de Martinique, une ère nouvelle s’ouvre pour le pays. Un tout petit peu plus de responsabilité. Un tout petit peu plus de dignité. Mais qu’est-ce que ça fait du bien ! Et puis, la nécessité vitale de mettre en œuvre toutes nos potentialités pour au moins, dans un premier temps contenir, juguler la dégradation de la situation économique, sociale et morale du pays.

On est loin des espoirs des uns d’une Martinique souveraine. On est loin des chimères des autres d’un rattachement encore plus étroit au fait national français.

Ce sont cependant ces hommes et ces femmes de convictions si différentes, unis un jour pour une victoire électorale, qui vont devoir imaginer un mode de fonctionnement minimal pour conduire ensemble les affaires du pays et l’amener à une véritable victoire, celle de la communauté martiniquaise.

Ne nous leurrons pas. Pas d’angélisme. Pas de naïveté. Ce ne sera pas simple ou aisé parce que chacun des membres, des élus de cette Collectivité devra prendre sur lui pour dépasser ses idées, ses envies, ses pulsions, son engagement pour inventer une doctrine et un mode de fonctionnement qui permettent au corpus politique de mettre avec efficacité sa force au service du Pays. C’est ce que la population attend.

Les Conseillers de la Majorité devront savoir s’entourer d’hommes et de femmes de qualité et d’expérience, compétents et dévoués à la Martinique, parce que cette mandature n’a pas le droit de se tromper. N’a pas le droit d’échouer. Et, parce qu’il n’y a pas d’autre alternative, pour l’équipe qui se met en place aujourd’hui, que de gagner, il est primordial, fondamental que des audits soient lancés. Il faut pouvoir mesurer l’étendue des dégâts causés par l’administration précédente au Conseil général et au Conseil régional. Et, s’il y a des cadavres dans les placards, s’il y a des malhonnêtetés cachées sous les moquettes, il faut les extirper, le dire au peuple, le dire aux électeurs. Et faire payer ceux qui auront fauté.

Ensuite, il faudra trouver les ressources à tous les niveaux pour réparer, rattraper et dépasser ces années d’opacité et ces entraves pour l’avenir ces mines à retardement que semblent être la multiplication d’agences régionales, le PPP pour le TCSP, les dettes abyssales, la rancœur des personnels du Conseil général vis-à-vis de ceux du Conseil régional, la mise au placard de fonctionnaires du Conseil régional, l’affaire du CEREGMIA et toutes les autres, le démantèlement de l’organisation du Conseil général devenu presqu’un corps sans âme, les recrutements effrénés au Conseil régional, les faveurs accordées aux amis, à la famille, aux amis de la famille, …

C’est pourquoi ce ne sera pas facile. C’est pourquoi il faudra la mobilisation de tous. C’est pourquoi ces premiers élus du Comité exécutif, ces premiers élus majoritaires de la CTM, qui ont voulu mener le pays, ces fonctionnaires de cette nouvelle collectivité, n’ont pas d’autre choix que de réussir. Et ils devront s’en donner les moyens par le travail, la perspicacité, l’abnégation et le don de soi, c’est-à-dire le sacrifice, érigé en sacerdoce.

Une « tribune » de l’internaute qui a enduré, trop longtemps.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer