Grève de la #SME en #Martinique : le jour où l’eau dépassera la blanche farine

IMG_8412-0.JPG

Monsieur Chaussade Jean-Louis, c’est au titre de votre fonction de Directeur du Conseil d’Administration de la Lyonnaise des Eaux que je vous interpelle,
Monsieur Rigoulet-Roze Fabrice, c’est au titre de vos responsabilités comme plus haute autorité de l’Etat en #Martinique que je vous interpelle.

Il semble incroyable que le conflit de la #SME prenne une telle tournure.
Il est impensable que les Martiniquais soient pris en otage de cette façon, l’eau est un bien public, dont la gestion peut se faire par délégation au privé, mais, on ne peut concevoir une telle rupture dans la continuité de l’approvisionnement en eau.
Je m’étonne que la Rectrice, Madame Bertho Lavenir Catherine supporte de voir deux collèges et un lycée en ces débuts d’année scolaire fermés, exaspérant de fait les parents.
Je m’étonne que Monsieur Christian Ursulet, directeur de l’#ARS, au courant des difficultés qu’a connu l’Hôpital du Marin au mois d’Août 2014, ne vous alerte pas quand au risque sanitaire de laisser pourrir un conflit qui a de tels enjeux.
La direction locale de la SME a choisi de soumettre requête au Tribunal de Grande Instance, plutôt qu’à celui des référés. Résultat audience…le 14 octobre 2014.
L’Intersyndicale n’a pas les moyens de saisir un avocat puisque la SME n’a pas remplie ses obligations légales.
Les Martiniquais sont donc pris encore une fois au milieu d’un bras de fer qui ne les concerne que de loin et pourtant. L’Eau devrait être une cause « Nationale » pour une île qui, au cœur d’une #gouvernance qui manque d’ingénierie, se veut être un…pays. Quelle raison au silence des élus, et autres aspirants à 2015, si Dieu veut ?
Mr Chaussade, votre société florissante, 1 995 317 899 € CA 2013, se nourrit de nos factures chaque jour, engraisse ses actionnaires avec notre sueur, surpaye des cadres « expatriés » pour les remercier, avec nos euros.
Monsieur le Préfet, preuve a été faîte en #France (Ville de #Paris, par exemple) que les villes qui se sont réappropriées la gestion de l’EAU ont réalisé d’importantes économies au détriment de la Lyonnaise des Eaux.
Un extrait de la requête nous éclaire sur la volonté de pourrir la situation :
« Il y a donc urgence à ce que cette affaire puise être évoquée devant la juridiction compétente afin que le litige portant sur l’interprétation de l’article 9 du protocole de fin de conflit soit tranché par le juge pour éradiquer au plus tôt le foyer de discorde et sauvegarder l’entreprise. ».
Alors là, on éradique, le mot est fort, le foyer de discorde et on sauvegarde l’entreprise.
Cette entreprise Messieurs c’est nous qui la faisons vivre, c’est votre responsabilité de nous distribuer de l’eau.
Votre responsabilité de faire arbitrer ce conflit au plus vite.
14 Octobre 2014, je n’ose y croire.
Une raison légitime de sortir les bonda maté à défaut de dents?
Une seule chose est sûre…le jour où l’eau dépassera la blanche farine…vous aurez du mal à faire le donbré.

http://www.verif.com/societe/LYONNAISE-DES-EAUX-FRANCE-410034607/

http://www.bondamanjak.com/sme-tant-va-la-cruche-a-leau-qua-la-fin-elle-se-cassera/

http://www.bondamanjak.com/la-sme-robinet-a-fric-des-maires/

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer