La #Martinique parle aux martiniquais (nou ja sav)

La tension monte. Les nerfs sont à vif. L’innocent…aux mains pleines cherche un ténor pour le défendre. Vaste programme ! Ils ne se bousculent pas au portillon. A Paris, un émissaire sonne aux portes des meilleurs pénalistes de France. Au grand dam des robes noires indigènes qui n’en peuvent mais d’être de simples boites aux lettres. « Mais oui je vais te défende … », « Ton papa a toujours été très gentil avec moi », « Laisse moi te défende ». L’attention monte dans toutes les hautes sphères : Parquet général, Chambre de Commerce, MEDEF : « Ah non on n’avait vraiment pas besoin de ça ! »
Bondamanjak mène l’enquête et est sur le point de porter à la connaissance de ses fidèles lecteurs l’intégralité de ses investigations . Cho douvan…je reviendrai vers vous.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer