Martinique : les propos peu cocasses du caucasien Xavier Magin

La #Martinique, cette possession de la #France, le pays des droits de l’homme qui a déclaré l’esclavage crime contre l’humanité est depuis un certain temps en mode Jah Familia. Et si ça continue, l’Afrique du Sud d’avant Nelson Mandela n’est pas loin.

Récemment l’avocate Sandrine « Pinta y Nina » Saint-Aimé déplorait le traitement réservé à son client Bertrand #Cambusy sur les réseaux sociaux. En effet après avoir été le Vaval vocal du carnaval, le syndicaliste n’est pas le nègre le plus aimé de l’île.

Mais on peut noter les post étonnants de Xavier Matin, le Directeur Général de Via ATV la chaîne de télévision privée (ex ATV) qui, en mode la Madone la Jossaud a niqué les martiniquais à hauteur de 700 000 €.

Avec ce besoin colon nihiliste de préciser qu’il est CAUCASIEN… »hors martiniquais quoi… ».

Rappelons que cet homme m’avait récemment menacé de mort sur le parking de l’hôtel Batelière à Schoelcher lors de la rentrée politique de Ba Péyi a an Chans. Me promettant de me couper les doigts, de me tuer et de me jeter à la mer. Sans préciser si c’était du coté Atlantique ou mer des Caraïbes. J’aurai bien aimé avoir le choix; En discuter quoi…J’ai d’ailleurs en ma possession l’enregistrement d’un échange que j’ai eu avec ce long et glaire énergumène. Des copies ont été transmis à des proches et à mon conseil . On en sait jamais …Et…pendant ce temps là en #France le pays des droits de l’homme qui a déclaré l’#esclavage crime contre l’humanité et supprimé le mot #RACE de la constitution, #Colbert le père du #Codenoir a encore 1 statue devant l’ #AssembléeNationale et ça ne dérange personne.

gilles dégras

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer