Alain #Juppé maire de #Bordeaux ville esclavagiste : « C’est une idée loufoque…on ne va pas se réconcilier avec des gens avec qui on n’est pas fâché »

#Esclavage : le CRAN condamne les propos honteux d’Alain #Juppé

« C’est une idée loufoque », a déclaré Alain Juppé. Le #CRAN avait proposé il y a quelques jours que l’on mette en place une commission de réconciliation, sous l’égide de la mairie de Bordeaux, avec les descendants de ceux qui, esclaves ou esclavagistes, ont partie liée avec cette histoire. Mais cette proposition a été balayée d’un revers de la main par le maire de la ville.

« On lui parle des moyens de surmonter les conséquences d’un crime contre l’humanité, et M. Juppé trouve cela  »loufoque ». Je dois dire que j’ai honte pour lui », a répliqué Ousmane Cissé, président du CRAN-Aquitaine.

« C’est une marque de mépris inacceptable, a réagi Louis-Georges Tin, président du CRAN. Il prétend depuis quelque temps être un homme de centre droit, un humaniste ouvert à la diversité, mais par sa violence symbolique, ce dérapage digne de la droite radicale, dément et explose toute sa communication antérieure. »

Pour justifier son idée, Alain Juppé a affirmé : « on ne va pas se réconcilier avec des gens avec qui on n’est pas fâché ». Le CRAN est stupéfait par cette déclaration et par l’aveuglement qu’elle révèle. Avec des cadavres par millions, par dizaines de millions, l’esclavage en particulier, et la colonisation en général ont créé des conflits durables, dont les rapports Nord-Sud portent la trace manifeste aujourd’hui.

« Il y a dans le monde entier des contentieux issus de l’époque coloniale, a commenté Louis-Georges Tin. M. Juppé, ancien ministre des Affaires étrangères, l’ignore apparemment. Je me demande si on peut raisonnablement se présenter à la présidence de la république quand on est à ce point aveugle aux réalités de ce temps. Je pensais que M. Juppé valait mieux que cela », a ajouté le président du CRAN.

Le CRAN souhaitait proposer un chemin vers la réconciliation, M. Juppé l’a refusé. Le CRAN attend désormais la réponse du conseil régional d’Aquitaine. « Après ce crime contre l’humanité, on proposait un dialogue apaisé, et Alain Juppé a répondu par la dérision. Or c’est le crime contre l’humanité subi par nos ancêtres, qui a fait la fortune de cette ville, et c’est cette ville qui a fait la carrière de Juppé. Quand on a bénéficié directement ou indirectement d’un crime contre l’humanité, on devrait éviter d’ajouter l’arrogance à la violence », a conclu le président du CRAN.

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer