Nicolas … Et oui… « Le nègre t’emmerde »

20140124-213754.jpg

L’information n’est révélée qu’aujourd’hui mais l’humoriste Nicolas #Bedos a été mis en examen, le 16 décembre dernier, pour « complicité d’injure publique raciale » par une juge d’instruction parisienne.

Une décision qui fait suite à la plainte avec constitution de partie civile déposée en janvier 2013 par le Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais à propos de deux chroniques publiées dans « Marianne » et sur le site de l’hebdomadaire en décembre 2012.

En cause, l’emploi de l’expression « Enculé de #nègre » à la fin d’un article intitulé « Indolence insulaire » écrit au retour de ses vacances en Guadeloupe. L’utilisation de la formule « autochtones oisifs » est également visée.

« Nous nous sommes sentis insultés par ces propos qui visent toute une communauté, » explique Daniel Dalin, le président du Collectif-DOM.
« Nous y avons vu une incitation à la haine raciale à laquelle il convenait de mettre fin. Même au 3e degré, on ne peut pas s’en prendre à un groupe humain de la sorte ». Un avocat de l’association ajoute : « Les humoristes doivent pouvoir travailler, mais il s’agit de combattre tous les propos à caractère raciste ».

L’an dernier, en apprenant le dépôt de cette plainte, Nicolas Bedos s’était désolé que les auteurs de la plainte aient compris « l’inverse » de son message. « Ils ne comprennent pas le degré zéro du second degré. Les expressions qu’ils me reprochent sont mises dans la bouche de personnes que je critique ». Son avocat rappelle qu’en matière de délit de presse « la mise en examen est automatique. Le cas échéant, mon client viendra s’expliquer devant le tribunal »

A lire aussi sur le même sujet

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer