Il faut sauver le soldat Hayot…

Voilà un texte récupéré sur le mur Facebook de Claire Richer actuelle Dir Com du Groupe Bernard Hayot…Sans commentaire mais comment taire ? Pire les mots me manquent.

Un peu de décence….un peu de courage,
Au cours de ces dernières décennies est-il un homme qui a plus fait pour la Martinique?
Est-il un homme qui a plus fait pour développer notre économie, accroître l’emploi, embellir les bords de route en les fleurissant, et en créant une société pour enlever les vieilles carcasses de voiture abandonnées?
Qui a le plus contribué au rayonnement culturel de la Martinique et de la Caraïbe en encourageant les artistes et en leur consacrant régulièrement des expositions, en créant une fondation aujourd’hui de renommée mondiale?
Qui connaît sa générosité aussi discrète qu’efficace?

Et pourtant cet homme est tous les jours vilipendé et ses entreprises attaquées.
Peut-être par une minorité ultra minoritaire à la mémoire sélective…mais pas moins inadmissible.
Ordre public bafoué, forces de l’ordre attaquées, haine raciale affichée, menaces proférées, entrave à la liberté du travail, image véhiculée de la Martinique déplorable.
Tout cela sans susciter beaucoup de manifestations de réprobation.

Alors pour Monsieur Bernard Hayot et sa famille: un peu de décence…
Un peu de courage à leurs côtés.

Vice-amiral (2s)
Christian Rouyer

…et pendant ce temps-là en #France  pays des droits de l’homme qui a déclaré l’#esclavage crime contre l’humanité #Colbert le père du #CodeNoir a 1 statue devant l’Assemblée nationale  et ça ne dérange personne.

Signez la pétition : 

http://bit.ly/33EISF6

#martinique #guadeloupe #guyane #lareunion

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer